Navigation

Inciter davantage à l’action

Migros s’efforce de réduire l’utilisation du plastique. Une étude récente a montré comment on pouvait inciter les clients à s’engager eux aussi dans cette démarche: pour cela, il faut que les alternatives proposées ne soient pas plus chères ni plus compliquées et, idéalement, qu’elles puissent s’inscrire dans leurs habitudes.

Texte Ralf Kaminski
plastikverbrauch

Commençons par la bonne nouvelle: la majorité des consommateurs suisses sont conscients des conséquences négatives de l’utilisation du plastique et, sur le principe, sont favorables à une approche plus durable. C’est ce qu’a conclu une étude économique comportementale représentative menée par le cabinet de conseil FehrAdvice.

Toutefois, le fait de savoir qu’un emballage est écologique ne pousse pas automatiquement les consommateurs à faire évoluer leur comportement. Les auteurs de l’étude ont cherché à comprendre ce qui les freine en réalisant une enquête en ligne auprès de 950 personnes.

Voici les principaux résultats

  • Les facteurs financiers jouent un rôle important. De nombreuses personnes ont des réticences à adopter une attitude plus responsable vis-à-vis du plastique si elle leur semble plus coûteuse.
  • Les consommateurs seraient plus nombreux à promouvoir le développement durable si cela leur paraissait moins compliqué. Ils y renoncent souvent parce qu’ils y voient un effort de planification supplémentaire.
  • La qualité des emballages et des produits joue un rôle non négligeable. Les autres matérieux sont délaissés s’ils ont l’air qualitatifs que le plastique.

Ce que fait déjà Migros

Depuis un certain temps déjà, Migros propose au rayon des fruits et légumes des sacs veggie réutilisables faisant office d’alternative aux sacs en plastique. Il est également possible de faire emballer ses achats de viande et de fromage dans son propre récipient. Des bols réutilisables sont également disponibles dans les Take Away et peuvent même être retournés non lavés. Pourtant, toutes ces solutions pourraient être mieux exploitées.

Les auteurs de l’étude sont arrivés à la conclusion que des mesures supplémentaires étaient nécessaires pour réussir à faire évoluer le comportement des consommateurs. La principale raison pour laquelle les contenants réutilisables sont peu adoptés dans les Take Away réside dans le fait que les clients les trouvent trop fastidieux à manipuler. En outre, tous les clients ne pensent pas à prendre avec eux le matin leur sac veggie pour les courses du soir.

«Pour promouvoir les comportements durables, il faut désormais exploiter de façon ciblée la disposition au changement de chacun», explique Luca Geisseler, 36 ans, co-auteur de l’étude FehrAdvice.

«Il est crucial de faire émerger de nouvelles habitudes. Si on s’habitue à prendre un sac réutilisable le matin en sortant de chez soi, on n’a pas besoin d’en acheter un nouveau à chaque fois qu’on fait les courses après le travail.»

Donner l’exemple est aussi très important: «Nous sommes plus enclins à modifier nos comportements si tout le monde fait de même, notamment nos proches.»

Mesures concrètes proposées

  • Simples incitations lors des moments décisifs: par exemple avec des emballages alternatifs placés en évidence au rayon des légumes ou des sacs réutilisables accrochés juste à l’entrée du magasin. Des messages d’encouragement tels que «Beaucoup de gens utilisent déjà des emballages en plastique recyclé» peuvent aussi compléter le dispositif.
  • Avantages financiers, par exemple avec des remises au Take Away si les consommateurs apportent leur propre récipient.
  • Incitations ludiques: par exemple en fixant des objectifs avec des systèmes de points qui récompensent les consommateurs lorsqu’ils agissent de façon écologique, ce qui renforce leur motivation à adopter des comportements durables. De plus, il est possible d’ajouter une composante émotionnelle aux solutions réutilisables, ce qui constitue un autre facteur favorisant le changement de comportement chez les consommateurs.

Du potentiel à exploiter

Migros a déjà pris un certain nombre de mesures en ce sens: ainsi, les sacs veggie sont placés de façon bien visible en magasin. «Mais l’étude a aussi fourni des résultats surprenants», explique Christine Zwahlen, cheffe de projet Développement durable à la Fédération des coopératives Migros. «Par exemple, nous ne nous attendions pas à ce que la volonté de changer de comportement soit aussi forte.»  «Il y a en outre un fort potentiel dans le domaine des emballages réutilisables.» Migros réfléchit actuellement aux mesures concrètes à mettre en œuvre.

 

Photo: iStockphoto

Plus d'articles