Navigation

Escapade

Les funis en mode urbain

Avec sa cinquantaine de funiculaires ouverts au public, la Suisse est l’un des pays qui en compte le plus au monde. Un petit nombre d’entre eux permet d’agrémenter nettement la découverte des villes pentues.

Texte Véronique Kipfer
177482

Le funiculaire de Fribourg a un fonctionnement pour le moins original: il est actionné grâce à un système de contrepoids utilisant les eaux usées de la ville (photo: Pascal Gertschen/Fribourg Tourisme).

À Fribourg

C’est celui qui a le tracé le plus court du pays – 121 mètres de long -, mais aussi le fonctionnement le plus étonnant: ultime témoin d’une époque révolue, ce funiculaire hydraulique est conduit manuellement et fonctionne grâce à un système de contrepoids utilisant les eaux usées de la ville.

Le principe est simple: le réservoir du wagon situé à la gare d’en haut se remplit d’eau, devient donc plus lourd que celui d’en bas, et descend. Il se vide ensuite de son eau dans un collecteur placé à la gare du bas – puis remonte… Inauguré en 1899 et unique en Europe, ce funiculaire qui relie la Basse-Ville (Neuveville/Motta) au centre de Fribourg (St-Pierre) a été classé monument historique et est inscrit à l’Inventaire des biens culturels fribourgeois d’importance nationale.

Grinçant et bringuebalant, souvent un peu odorant  – hé oui, c’est le propre des eaux usées… -, le wagonnet vert pomme permet de remonter dans le temps de manière vraiment authentique durant les deux minutes de trajet. Et est aussi agréable à prendre à la descente, pour profiter la belle vue offerte sur la Basse-Ville, qu’à la montée, pour éviter les 56,4 mètres de dénivelé. Mais on peut bien sûr aussi ne le prendre qu’à la montée, par exemple, et bénéficier ainsi de la vue depuis le wagonnet – et de la découverte des trois cent trois marches des remarquables escaliers couverts à la descente…

 Informations: www.fribourgrourisme.ch

177353

Le Polybahn est l’une des attractions les plus célèbres de Zurich (photo:Office du tourisme de Zurich).

À Zurich

Quand on arrive au début du quartier du Niederdorf, on ne peut manquer de voir le Polybahn dans sa robe rouge vif, qui grimpe fièrement entre les bâtiments gris pour mener étudiants, habitants et touristes de la Limmat jusqu’à l’EPFZ, l’Université et un magnifique point de vue sur la ville. Construit en 1889, il a bien failli disparaître avant d’être sauvé de justesse par une banque suisse en 1976. Il a ensuite été totalement restauré et modernisé en 1996, mais son apparence reste identique à celle de l’époque.

Très prisé, le Polybahn, aussi surnommé familièrement «Polybähnli» ou encore «Student-Express» convoie plus de deux millions de passagers par an et est l’une des attractions les plus célèbres de la ville. Savez-vous que sa gare basse a même servi de décor pour tourner l’un des moments-phares du film «Espion, lève-toi» d’Yves Boisset, sorti en 1982?

 Informations: www.zuerich.com

177487

Beaucoup de Neuchâtelois utilisent le funiculaire de Chaumont en automne pour fuir le brouillard et aller chercher le soleil en altitude (photo: Tourisme neuchâtelois).

À Neuchâtel

La ville a la chance d’en compter pas moins de trois: celui qui relie le quartier de la Coudre à la montagne du Chaumont, au sommet de laquelle une tour permet de bénéficier d’une vue panoramique sur Neuchâtel, toute la chaîne des Alpes, les Trois-Lacs et le Plateau. Celui qui se nomme le Fun’ambule, souterrain et automatisé et dernier funiculaire en date construit en Suisse, qui relie l’Université à la gare. Inauguré en 2001, il se compose de quatre wagons articulés qui restent toujours à l’horizontale.

Et enfin, celui qui serpente uniquement au cœur de la ville et relie sur 400 mètres le quartier de l’Écluse à Plan, cent mètres plus haut. Construit en 1890 et automatisé depuis 1922, le funiculaire Ecluse-Plan est le plus ancien de la cité. À l’arrivée, le curieux qui poursuit son chemin jusqu’au Belvédère, à quelques minutes de là, est récompensé par un superbe aperçu sur la ville et ses deux monuments les plus emblématiques: le château, ainsi que la collégiale et son toit de tuiles vernies.

 Informations: www.j3l.ch

177352

Et ailleurs…

En sus des funiculaires urbains, une grande majorité d’entre eux est destinée aux loisirs et balades, et permet de bénéficier de splendides points de vue dès l’arrivée. Sélection de quelques trajets, pour le plaisir:

– Le funiculaire arc-en-ciel (photo) de Saint-Imier-Mont-Soleil (BE), qui mène à diverses activités de loisirs, mais aussi à l’«Espace découverte Énergie » de la plus importante installation suisse de recherche dans le domaine de l’énergie photovoltaïque.

– Vevey-Chardonne-Mont-Pèlerin (VD): tous les amoureux de la Riviera et du Lavaux seront comblés par la vue époustouflante qui s’offre durant le trajet. Il est possible de prolonger la balade jusqu’à la Tour télécom (1h de marche), et de prendre l’ascenseur panoramique Plein Ciel pour dominer ensuite les Alpes et le lac Léman à 1140 mètres d’altitude.

– Du village du Châtelard au barrage d’Emosson (VS), «VerticAlp Emosson» propose de passer d’un funiculaire gravissant une pente à 87% à un petit train panoramique, permettant d’admirer le Mont-Blanc dans toute sa splendeur. Un «minifunic» mène ensuite au lac d’Emosson et aux multiples balades environnantes, dont celles permettant d’aller voir le barrage et les empreintes de dinosaures les plus importantes d’Europe.

Plus d'articles