Navigation

Expatrié dans son propre pays

Zurich à la sauce romande

La capitale économique du pays connaît une importante communauté de «Welschs». Ces expatriés des cantons francophones séduisent outre-Sarine par leur art de vivre

Texte Estelle Dorsaz
Photos Véronique Hoegger
Date
181856

Les Welschs, pop up bistro, durant l'été 2021 à Zürich. Portrait de Didier Mezières et Martin Fellay.

Venus étudier, travailler, vivre la vie citadine ou pour trouver un peu d’exotisme à la sauce helvétique, nombreux sont les Romands à avoir traversé le Röstigraben pour s'établir dans un canton alémanique. Parmi les destinations les plus prisées, on trouve sans surprise les grands centres urbains: Bâle, Berne et surtout Zurich. Selon les chiffres de l'OFS de 2019, la capitale économique de la Suisse compte près de 7641 Romands enregistrés contre 4745 à Berne et 3224 à Bâle. Plutôt discrète, cette communauté n’en a pas moins importé ça et là une culture, une nourriture et un style. C’est le cas notamment à Zurich qui abrite de nombreux coins où il fleure bon la Suisse romande. Restaurant vaudois installé depuis plus de cent ans au coeur de la vieille ville, caverne d’Ali baba aux mille fromages et pop-up restaurant aux couleurs de la Romandie dans le quartier branché de Wiedikon ou encore boutiques de mode pointues d’inspiration française créées par une Fribourgoise:  nous avons recensé certains de ces lieux et rencontré ceux qui font vivre la Romandie en terre zurichoises.

Bons baisers de Lavaux

Situé au pied de l’imposante Grossmünster, au cœur de la vieille ville de Zurich, le restaurant vaudois Le Dézaley est une institution depuis 1881. Véritable îlot romand portant un nom qui en dit long  – celui de la région viticole au cœur du Lavaux – il propose des spécialités du pays de Vaud, notamment différentes spécialités de saucisses provenant de la boucherie de Sévery (VD) et des fondues , au fromage ou à la viande.  Et ça plait. «Nous avons des clients du monde entier, des américains, des asiatiques mais aussi une clientèle très fidèle de Suisse romande ou de Zurich », explique Marcello Capecchi, qui a repris il y a cinq ans la gérance du lieu. « Le 70 à 80% de nos vins viennent du canton de Vaud, c’est très important pour nous, nous voulons vraiment mettre en avant ce terroir. Nous conservons de très bons contacts avec les vignerons vaudois que nous visitons régulièrement. D’autre part, l’association touristique vaudoise nous visite une fois par année pour nous présenter ses vins.» Traditionnel, chaleureux et décontracté, au Dézaley, l’ambiance vaudoise est garantie.

https://le-dezaley.ch/

182393

Marcello Capecchi visite régulièrement les vignerons vaudois, avec qui il entretient de bons contacts.

Le bistro éphémère

Un pop up bistro 100% dédié à la Suisse romande en plein cœur du quartier vibrant et branché de Wiedikon. C’est le pari de Didier Mézières et de Martin Fellay, deux valaisans professionnels de la gastronomie. Après la fermeture de l’espace Provins zurichois début 2021, où ils se sont rencontrés, a commencé à germer l’envie de relancer un endroit similaire, mais à leur façon. A l’heure de l’apéro, le projet s’est concrétisé et début juillet l’espace était créé. A la carte, que ce soit dans les vins ou en cuisine, tous les cantons francophones sont représentés. «On a presque tous les AOP et IPG romands et plein de spécialités typiques, détaille fièrement Martin Fellay. Damassine, Totché, abricotine, tarte au vin cuit, meringues, double crème de Gruyère, tête de moine, saucisson vaudois,… Au niveau du choix des vins, c’est l’amour du produit qui prime. On choisit d’abord ce qui nous plait. On a des petits vignerons et des plus grands producteurs. On a aussi plusieurs vins labellisés Bio Suisse et Demeter.» En terrasse, la clientèle est bigarrée. Et par-ci par-là, ça parle français… avec cet accent légèrement chantant que l’on reconnait entre mille. «Nos clients sont assez divers. Il y a nos amis, des Romands expatriés et bien sûr plein de Zurichois», explique Didier Mézières. Sur la très bobo Brupbacherplatz, lieu prisé pour ses nombreux bars et restaurants, Les Welsch a trouvé une place de choix pour l’été et accueillera les amoureux de la Romandie jusqu’à mi octobre.

https://leswelsch.weebly.com/

182394

Didier Mézières (à g.) et Martin Fellay proposent de nombreuses spécialités typiques de la Suisse romande.

Pour les nostalgiques

Tous les Romands bien établis – et vivant parfois des moments de nostalgie – à Zurich connaissent cette petite caverne d’Ali baba. Fromages à raclette, mélanges pour fondue, large choix de saucisses et produits de boucherie, confiseries, vins et spiritueux : on y trouve presque tous les produits typiques des différentes régions romandes… Il suffit d’ouvrir grand les yeux. Fruit de la collaboration entre un artiste et un jurassien qui avait le mal du pays, le magasin vieux aujourd’hui de 16 ans, a été sauvé en 2015 par trois amis, Martin Hallensleben, Armin Heyer et Dominik Hungerbühler. Pour le hambourgeois et les deux zurichois, à la tête de Öpfechapser, une société qui livre des fruits et légumes bios, c’était une décision du cœur. «L’endroit était réputé. Si nous ne l’avions pas repris, la ville aurait perdu une institution, explique Martin Hallensleben, le gérant. En plus, j’avais déjà vécu quelque temps à Bienne où j’avais pu découvrir et apprécier le côté léger et vivant de la Romandie.» Aujourd’hui, le magasin travaille avec une quarantaine de petits producteurs qui fournissent directement leurs produits. «Je les connais tous personnellement et je suis devenu amis avec nombre d’entres eux», conclut Martin Hallensleben.

www.welschland.com

181857

Portrait de Martin Hallensleben devant la boutique Welschland. Boutique à Zürich avec des produits de la romandie

Paris-Zurich

Ramener le chic à la française dans la plus grande ville de Suisse, telle était l’idée de la Fribourgeoise Laurence Antiglio. Après quelques années dans le marketing à Zoug dans une entreprise multinationale, la jeune femme diplômée de l’Ecole Hôtelière de Lausanne abandonne sa carrière naissante pour poursuivre son rêve de mode et part étudier à l’Institut français de la Mode à Paris. De retour en Suisse, pour retrouver son conjoint resté à Zurich, elle décide de se lancer à son compte et d’ouvrir sa première boutique en 2005. Un concept store proposant des vêtements de style original, moderne et résolument tendance. Vestibule est né. «J’aime le look parisien, ce mélange de masculin et de féminin que je ne retrouvais pas à Zurich. A l’époque, il y avait plein de marques qu’on ne trouvait pas ici. Et le style des Zurichoises était assez différent de celui des Françaises ou des Romandes.» Et la sauce prend. Depuis, elle a ouvert deux autres boutiques dont la dernière dans le nouveau quartier dynamique d’Europaallee, axée sur des marques eco-responsables, ainsi qu’un shop online. «Notre clientèle est très diverse. Je dirais qu’on a pas mal de francophiles, qui aiment nos looks qu’on ne trouve pas partout, mais on a aussi des romandes qui commandent sur le shop.» Si Laurence Antiglio ne rejette pas l’idée d’ouvrir une boutique Vestibule en Suisse romande, elle préfère pour l’instant se concentrer sur sa ville d’adoption, le temps du moins que ses enfants, encore petits, grandissent.

www.vestibule.ch

181859

Laurence Antiglio a amené la mode parisienne à Zurich. (Photo: Lib/Alain Wicht)

Quelques chiffres

Nombre de Romands* dans les plus grandes villes de Suisse:

Zurich : 7641

Berne : 4745

Bâle : 3224

(* population de plus de 15 ans, nationalité suisse depuis la naissance ayant indiqué le français comme langue principale)

Plus d'articles