Navigation

Votation

Vers une science sans cobayes?

Le 13 février, les Suisses diront s’ils acceptent d’interdire l’expérimentation animale. Mais la médecine humaine et vétérinaire peut-elle vraiment s’affranchir totalement de cette pratique controversée? Pas si simple, mais la recherche sur des méthodes alternatives progresse et suscite l'espoir.

Texte Christine Werlé
Date
292741

Photo: Getty Images

Que dit la loi en Suisse?

La législation suisse en matière d’expérimentation animale est l’une des plus strictes au monde. Toute recherche utilisant des animaux est conduite dans le cadre légal imposé par la Loi fédérale sur la protection des animaux (LPA) et sous le contrôle des autorités cantonales et fédérales. Les chercheurs sont tenus de réduire à un minimum le nombre d’expériences et de contrainte infligée aux animaux. En outre, les méthodes de substitution doivent être utilisées quand cela est possible. Cette approche responsable de l’expérimentation animale se base sur une norme internationale qu’on appelle le principe des 3R (Replace, Reduce, Refine).

Quelles méthodes de substitution à l’expérimentation animale sont actuellement développées?

De nombreux modèles de remplacement sont activement utilisés dans tous les domaines de recherche en Suisse: les modèles informatiques (in silico), les cultures cellulaires (in vitro), qui vont de la simple culture de cellules à des modèles plus sophistiqués – comme les organoïdes (lire ci-dessous) ou les organes sur puce qui permettent d’étudier des processus plus complexes semblables à ceux des organes, et le remplacement de vertébrés par des espèces ne nécessitant pas de permis d’expérimentation (comme des insectes). Ces types de modèles ont tous une certaine capacité à modéliser certains mécanismes d’une maladie ou l’effet d’une substance sur le corps, et ils sont souvent utilisés de manière complémentaire.

Justement, par quelles espèces animales les mammifères peuvent-ils être remplacés dans les laboratoires?

Par la mouche du vinaigre, la fourmi, le poisson-zèbre et le poisson Killi. «Plus de 80% des gènes responsables des maladies héréditaires chez l’homme se retrouvent dans la mouche et les poissons», relève Claudia Bagni, professeure à la Faculté de biologie et de médecine (FBM) de l’Université de Lausanne (UNIL) et vice-doyenne pour la recherche et l’innovation à l’UNIL-FBM. «Ces animaux nous aident à élaborer des stratégies thérapeutiques pour les humains à tous les niveaux, par exemple pour l’autisme, la maladie d'Alzheimer, et même pour les cancers», détaille-t-elle. En outre, les mouches du vinaigre et les fourmis sont fondamentales pour étudier les interactions sociales et le vieillissement chez l’homme. «L’utilisation de grands animaux tels que les veaux, lapins, porcs et moutons a largement diminué, de même que l’utilisation de rats. Ces espèces ne sont désormais utilisées que pour des expérimentations ponctuelles. Mais je tiens à souligner que l'UNIL et la FBM s'engagent fortement à veiller au bien-être de ces animaux et à l’améliorer», ajoute la scientifique.

Existe-t-il des modèles alternatif humains?

Oui, ce sont précisément les organoïdes. Il s’agit d’organes artificiels en miniatures (poumons, cerveau, foie, etc.) cultivés en laboratoire à partir de cellules prélevées sur des individus humains présentant des maladies spécifiques. Plusieurs sociétés de biotechnologie en Suisse travaillent sur cette approche. À Genève par exemple, Epithelix développe des modèles de tissus humains in vitro pour tester l’efficacité ou l’innocuité de médicaments soignant les maladies respiratoires (asthme, BPCO, mucoviscidose, infections bactériennes ou virales comme le Covid-19 par exemple). «Nous sommes en discussion avec les régulateurs pour mettre en place une démarche permettant de se passer des tests sur les animaux pour des applications ciblées», affirme son directeur Samuel Constant. Également à Genève, la société Neurix SA s’applique à recréer du tissu cérébral humain sous forme de mini cerveaux, pouvant par la suite servir de base de tests à des médicaments. « L’expérimentation animale a ses limites: il arrive souvent que des médicaments testés sur des souris n’aient pas le même effet sur les humains, d’où l’intérêt de nos recherches», exposent Marianna Silvano et Mathieu Niquille, scientifiques chez Neurix SA, qui développent des outils  permettant de minimiser l’utilisation des animaux de laboratoire.

Peut-on se passer de tests sur les animaux pour produire un médicament grâce à ces méthodes alternatives?

Pour un nouveau médicament ou un nouveau traitement, les effets spécifiques dans un tissu peuvent, dans une certaine mesure, être étudiés in vitro. «Par exemple, les nouveaux traitements contre le Covid-19 sont initialement étudiés in vitro sur des cellules en culture. Cependant, les effets du traitement doivent être évalués dans un organisme entier, d'abord sur des animaux, puis chez l'homme», explique Jenny Sandström, directrice du Centre de compétence suisse 3R (3RCC) à Berne, qui vise à promouvoir les méthodes de substitution à l’expérimentation animale. Précisément, les effets de tout médicament dépendent d'interactions systémiques complexes dans l'organisme, tels que la quantité de médicament absorbée, la quantité qui atteint le tissu ou l'organe cible, les effets secondaires indésirables potentiels, etc. «Ces processus sont trop complexes pour être modélisés dans un ordinateur ou in vitro», conclut Jenny Sandström.

Les différentes stratégies mises en œuvre ont-elles permis dans les faits de diminuer le nombre d’animaux utilisés en laboratoire?

Depuis 2015, l’utilisation d’animaux d’expérience a globalement diminué de près de 18%, selon un rapport de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). En 2020, 556 107 animaux ont été utilisés dans des expériences, contre 572 069 l’année précédente, ce qui correspond à une diminution de 2,8%.

Existe-t-il un domaine de la recherche où l’expérimentation animale est interdite?

Aucune expérimentation animale n'a lieu aujourd'hui en Suisse pour les cosmétiques. Mais cela ne veut pas dire pour autant que les tests sur animaux sont interdits dans ce domaine. «Les expériences relatives aux cosmétiques ne sont certes pas expressément interdites en Suisse, mais elles pourraient ne pas être autorisées, car la pesée des intérêts montre que la contrainte subie par les animaux dans le cadre d'une expérience sur les cosmétiques est toujours plus importante que le bénéfice pour l'homme», explique Karoline Arn, porte-parole de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). De même, l'importation de produits cosmétiques de l'étranger est en principe autorisée, même s'ils ont été testés sur des animaux.  «Il convient toutefois de noter que ces expériences sur les animaux ne sont par exemple pas autorisées dans l'Union européenne», précise Karoline Arn.

D’autres initiatives interdisant l’expérimentation animale ont-elles déjà été soumises au peuple par le passé?

Au total, trois initiatives pour interdire l’expérimentation animale sont déjà passées en votation. «Toutes trois ont été rejetées par le peuple et par tous les cantons», indique Karoline Arn, porte-parole de l’OSAV. Dans le détail: En 1985, l’initiative populaire fédérale «pour la suppression de la vivisection» a été refusée à 70,5%. En 1992, l’initiative populaire fédérale «pour une réduction stricte et progressive des expériences sur les animaux (Limitons strictement l'expérimentation animale)» a été écartée à 56,4%. En 1993, l’initiative populaire fédérale «pour l'abolition des expériences sur animaux» a été balayée à 72,2%

Plus d'articles