Navigation

Jardinage

De petits agrumes en terrasse

Les mini arbres fruitiers ont la cote. Mais comment les arroser, les tailler, bref les bichonner pour améliorer leur production? Alain Huys, responsable garden à Migros Crissier (VD), livre quelques-unes de ses bottes secrètes

Texte Patricia Brambilla
Photos Mathieu Rod
Au Do it garden de Migros Crissier, Alain Huys bichonne les petits agrumes. © Mathieu Rod

Au Do it garden de Migros Crissier, Alain Huys bichonne les petits agrumes. © Mathieu Rod

Embarras du choix 

Les pépinières regorgent de petits fruitiers que l’on dirait sortis d’un livre de contes. Les noms font déjà voyager et embarquent illico vers les terres du Sud: lime de Sicile, orange citronnée, calamondin (croisement entre citron et mandarine), kumquat… Autant de promesses solaires qui étaient autrefois réservées à des vergers méditerranéens. Mais qui désormais existent en modèle réduit: en pot domestique! «Avec le réchauffement climatique, ces agrumes conviennent tout à fait à une terrasse ensoleillée. On peut désormais les traiter comme indigènes, la production est bien intégrée», confirme Alain Huys, responsable garden de Migros Crissier. Qui précise qu’il ne s’agit ni d’arbres nains ni de bonzaïs, mais de véritables arbrisseaux.

 

Pas trop délicats ?

Dans leur terre d’origine, les agrumes fleurissent et se récoltent deux fois par année, de novembre à mars environ. Mais sous nos latitudes, ils ne donnent des fruits qu’une fois par année, en début d’été. On s’en doute, ces arbres du Sud ne supportent pas le gel et n’aiment pas les courants d’air. Il faudra donc prévoir un emplacement abrité pour l’hivernage: protéger le pot, pailler la terre ou mieux, le rentrer en véranda ou en jardin d’hiver.

Astuce : le calamondin, en particulier, peut s’acclimater à une vie d’appartement. Mais avec le risque de ne produire que des fleurs et plus de fruits, faute de pollinisation. Quelques sorties au grand air, sur le rebord d’une fenêtre ou le balcon, en début de saison, éviteront la disparition des fruits.

 

Terreau spécial

Les belles du Sud aiment la terre sableuse un peu acide, genre une terre de palmier qui contient beaucoup d’engrais organiques (fibre de coco, humus d’écorce et matières minérales). Si on veut garder la plante en terrasse, il faudra quand même ajouter un peu de terreau durant l’année et  la rempoter au printemps, tous les deux ou trois ans. Veiller à ce que le pot soit bien percé, avec au fond un lit de billes d’argile, de perlite, de briques concassées ou de petits cailloux pour assurer un bon drainage. Si on songe à la mettre en pleine terre, pour autant que le climat soit favorable, mieux vaut la transplanter à la fin de l’été ou début de l’automne dans une terre encore meuble.

Arrosage du soir

Comme la plupart des fruitiers, les agrumes ont besoin d’eau au printemps, pour former fleurs et fruits, et en automne pour prendre des forces avant l’hiver. Il faut l’arroser dès que le terreau est sec, mais pas besoin de l’inonder pour autant. Les agrumes n’aiment pas avoir les pieds dans l’eau! Mieux vaut favoriser les arrosages du matin ou du soir, surtout en plein été: on évite ainsi que l’eau ne s’évapore trop vite ou qu’elle ne brûle les feuilles.

Astuce : En hiver, un arrosage mensuel à l’eau tiède suffit amplement.

Sécateurs universel, perroquet ou à lames plates. Il est temps de les sortir pour une bonne taille!

Sécateurs universel, perroquet ou à lames plates. Il est temps de les sortir pour une bonne taille!

Tour de taille

«La taille est un point important dans le bien-être et l’épanouissement des arbustes et arbrisseaux»,  affirme le spécialiste. Mais, dans le cas des agrumes, tout l’art de la taille consiste à enlever les branches secondaires sans toucher au tronc principal. Il ne faut jamais rabattre trop sévèrement, au risque de faire sécher la plante, de même il convient de toujours laisser «trois yeux», point de départ des bouquets de branches, en jargon horticole. On peut tailler l’arbuste avant un rempotage au printemps, ou une semaine avant de le sortir au grand air. Alain Huys conseille même une deuxième taille au moment des vendanges, «pour éviter le surplus de feuilles et donner à la plante l’énergie pour hiverner».

 

Coup de cœur

Avec son feuillage vert lustré et persistant, ses petits fruits oblongs d’un orange vif, le kumquat remporte tous les suffrages. Appelé «orange naine» ou «orange d’or» en chinois, il est le plus petit agrume du monde et pas le moins savoureux. Il se croque comme un bonbon, peau comprise, pour un effet doux acidulé très rafraîchissant. Autre avantage: le kumquat est bourré de vitamine C, vitamine B et de minéraux. Pourquoi s’en priver ?

Astuce : le kumquat se décline à toutes les sauces. Il se croque sur l’arbre bien sûr, mais sublime aussi les ceviche de poisson, se prête à la fabrication de desserts, sirops et pâtes de fruit. Blanchi quelques minutes à l’eau bouillante, il sera moins amer.

Plus d'articles