Navigation

Animaux

La rage, piqûre de rappel

La Suisse n’a plus connu de cas de rage depuis 2017. Le vaccin contre cette maladie est obligatoire pour les animaux qui passent les frontières. Petit rappel à l’usage des propriétaires. 

Texte Catherine Hurschler
belgian shepherd in front of white background

Pour passer les frontières, les chiens doivent être vaccinés contre la rage. Cela doit être fait au moins 21 jours avant le départ. 

Officiellement, la rage ne sévit plus en Suisse depuis 1998, rappelle l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires. La surveillance reste de mise et les animaux domestiques doivent être vaccinés contre ce virus transmissible chez l’humain. Eclairage avec le Dr Joakim Testuz, spécialiste FVH pour les petits animaux, responsable du cabinet Vet. Avenir à Nyon (VD)

Quels animaux peuvent transmettre la rage ?

Tous les mammifères sont des hôtes pour le virus de la rage. Il se répand dans les mammifères sauvages comme le renard, blaireau, félins, ou les chiens errants dans des pays où le contrôle de la population canine est moins important. Il y a d'autres types de virus de rage qui sont moins répandus, qui concernent les chauve- souris, mais comme ces virus sont sécrétés dans les excréments et qu’ils ont un spectre d’hôtes moins vaste, la transmission de la maladie est moins significative. L’impact, pour la santé publique, c’est la proximité à ces sources de rage. 99% des cas de rage humaine sont liés à une transmission par un chien.

Quelle est la situation de la Suisse?

Elle est considérée comme exempte de rage. Cependant, la faune sauvage répandue, par exemple les blaireaux, les lynx, les renards, les chats sauvages ou les renards, peut être un réservoir significatif car les individus infectés peuvent perdre cette méfiance envers l’être humain lorsqu’ils sont malades à cause des atteintes neurologiques liées au virus de la rage. Il faut faire attention lorsque des animaux sauvages traînent dans des jardins en journée, semblent moins farouches, il ne faut absolument pas les toucher car ils peuvent être malades. 

Quels sont les effets sur les humains ? 

C’est une maladie mortelle si l’on ne se fait pas soigner. En cas de morsure par un animal, et si l’on ne fait rien, les premiers symptômes sont ceux de n’importe quelle infection: de la fièvre, des courbatures, des maux de tête, puis comme le virus va attaquer des structure neurologiques, on va avoir des fourmillements, des paralysies partielles, des troubles de la déglutition, on identifie par exemple le symptôme de  l'hydrophobie chez les humains contaminés: ils n’arrivent plus à boire, ils ont une sorte de spasme du larynx lorsqu’on leur présente des verres d’eau. Et cela se termine par une encéphalite importante, donc une inflammation du cerveau avec des spasmes musculaires, puis des paralysies et le coma. 

Quel est le traitement chez les humains?

Il y a différentes catégories. Moi, en tant que vétérinaire je suis vacciné et c’est déjà une première protection,. En cas de doute, il faut voir un médecin, et la première chose à faire, c'est laver abondamment au savon la zone qui a été mordue ou griffée pour réduire la charge virale au niveau de la plaie elle-même. Il faut aussi essayer de retrouver le passé ou le statut vaccinal de l'animal qui a mordu ou griffé. Ensuite, en cas de doute, la personne va recevoir des doses d'anticorps contre la rage qui sont injectés à différents intervalles, selon un protocole strict. Et si l’on n’est pas vacciné, c’est la même chose, il faut laver la plaie au savon et souvent, il y a une vaccination qui se fait après la morsure, et là, le traitement avec les anticorps est plus intensif. Il est nécessaire de le faire avant l’apparition des symptômes. 

Les vaccins contre la rage sont-ils obligatoires chez les animaux ?

C’est une question cantonale. Par exemple, dans le canton de Vaud, ce n’est pas obligatoire, elle recommandée pour les animaux qui sont potentiellement plus exposés: ceux qui sont à la campagne, qui sortent beaucoup, chassent. Par contre, dans le canton de Genève, tous les chiens doivent être vaccinés contre la rage. Chaque année, les propriétaires de chiens doivent se rendre aux autorités pour récupérer un badge qui dit que tout est en ordre pour l’animal, y compris son statut vaccinal contre la rage.

En Suisse, comment se pratique la surveillance de cette maladie pour éviter son retour ?

Le risque le plus important de réintroduction de la rage concerne les importations. Et là. il y a des règlementations qui sont suffisantes pour contrôler, mais cela n’empêche pas les importations illégales, comme le trafic de chiens,  et ce sont souvent les vétérinaires qui font le contrôle du statut vaccinal. S’il n’est pas correct, nous annonçons l’animal auprès du vétérinaire cantonal et suivant l’examen clinique et le risque potentiel(considéré faible si l’animal est né dans un pays exempt de rage), l’animal est mis en quarantaine à domicile, le propriétaire doit venir faire un contrôle chaque semaine au cabinet et nous envoyons un rapport à chaque contrôle aux autorités. La quarantaine dure 90 jours, si l’animal n’a pas de symptômes de rage d’ici la fin de cette période, il peut être vacciné. Il y a aussi une surveillance au niveau de la faune suisse, le risque est moindre car tous les pays autour de nous contrôlent très bien la rage. Les animaux sauvages retrouvés par les garde-faunes ou garde-chasses dont la mort est suspecte sont envoyés pour un contrôle à l’institut de virologie vétérinaire à Berne. Chaque année une soixantaine de chiens sont euthanasiés et testés pour la rage, plus de la moitié sont des importations illégales de pays où la rage est urbaine (rage présente dans la population de chiens errants).

Si l’on voyage à l’étranger avec son chien ou son chat, quelles sont les formalités obligatoires ?

L’animal doit être vacciné contre la rage au minimum trois semaines avant le passage de la frontière.  Il doit aussi avoir une puce électronique et un passeport. Pour le retour, la Suisse demande des conditions spécifiques pour réimporter l’animal et ce sont des choses à régler avant le départ. Les gens peuvent se renseigner auprès de leur vétérinaire ou auprès de douanes. Les choses peuvent rapidement se compliquer lorsque la destination est un pays insulaire, vers l’Europe de l’est, ou les voyages intercontinentaux et parfois il faut prévoir son voyage 6 mois à l’avance.

Un animal malade de la rage est-il soigné ou abattu ?

Les vétérinaires n’ont pas le droit de soigner un animal atteint de la rage. Il s’agit d’un diagnostic clinique et d’exclusion, c’est-à-dire que les symptômes et des tests négatifs pour des maladies partageant ces symptômes permettent de renforcer la suspicion. Face à une suspicion de rage, un animal domestique est mis en quarantaine. On observe le développement de la maladie et si elle se confirme, l’animal est euthanasié. Le diagnostic est ensuite confirmé par prélèvement sur le cadavre. 

Derniers cas en Suisse

En 2017, une personne avait recueilli une chauve-souris désorientée, qui l’avait ensuite mordue. Elle était porteuse du virus de la rage et la personne a été traitée. En 2012, un Américain est mort de la rage à dans un hôpital de Zurich: Les recherches avaient conclu qu’il s’était fait mordre en Californie par une chauve-souris 3 mois avant le début des symptômes.

Plus d'articles