Navigation

Escapades

Le plein d’idées pour les vacances (3/3)

Avec ses constructions insolites et ses expositions originales, la Suisse surprend qui veut bien partir à sa découverte.

Texte Patricia Brambilla, Estelle Dorsaz, Sid Ahmed Hammouche, Christine Werlé, Pierre Wuthrich
Blick vom Taufbecken in Richtung Altar in der Piuskirche in Meggen im Kanton Luzern, Schweiz, die 1966 vom Architekten Franz Fueeg erbaut wurde, aufgenommen im August 2002. (KEYSTONE/Liliane Geraud)

Le surprenant et inspirant intérieur de l’église Saint-Pie à Meggen, dans le canton de Lucerne (photo: KEYSTONE/Liliane Geraud).

Église en marbre translucide

De l’extérieur, on dirait un hangar. Mais à l’intérieur, la magie opère. L’église Saint-Pie à Meggen (LU), au bord du lac des Quatre-Cantons, n’a ni fenêtre ni pilier, mais elle est composée de 888 dalles de marbre blanc. Mieux: ce marbre pentélique (le même que celui de l’Acropole), taillé très fin et poncé à l’extérieur, laisse passer la lumière. Suivant les heures, ses parois ondulent de couleurs, allant du jaune miel à l’ambre vif. Une atmosphère féérique que l’on doit à l’architecte suisse Franz Füeg. 

Infos: Piuskirche, Schlösslistrasse 2, Meggen (LU), www.kpm.ch

330399

L’intérieur ultra contemporain pour l’époque a cassé les codes de l’habitat alors en vogue dans les 1920 (photo: DR).

La maison révolutionnaire

Le Corbusier, on aime ou on n’aime pas. Mais force est de lui reconnaître un talent visionnaire, qui a permis de poser de nouveaux jalons architecturaux. La minuscule villa «Le Lac», au bord du Léman à ­Corseaux (VD), le montre parfaitement. Avec ses 64 m2, elle maximise l’espace et révolutionne l’habitat en 1923. Sa longue fenêtre horizontale – l’une des premières au monde –, son toit jardin et son intérieur en plan libre (des poteaux remplacent les murs porteurs) influenceront considérablement les architectes. Et si vous n’aimez toujours pas Le Corbusier après la visite, appréciez la vue sur le Léman. Elle est époustouflante. 

Infos: www.villalelac.ch 

Neue Triftbrücke (Juni 2009), Trift, Sustengebiet, Berner Oberland, Kanton Bern, Schweiz

Le pont du Trift se balance à une centaine de mètres de hauteur (photo: DR).

Pont du Trift

Envie de jouer les Indiana Jones? À la manière d’un pont népalais, le pont du Trift (BE) est l’un des ponts piétonniers suspendus les plus spectaculaires des Alpes. Haut de 100 mètres et long de 170 mètres, il se balance au-dessus du vide avec vue sur le lac glaciaire du Trift. Montée en télécabine depuis Nessental, et compter une heure et demie de marche pour atteindre le spot. Gare au vertige!

Infos: www.grimselwelt.ch

 

Parlons argent

À Berne, l’expérience muséale devient participative. Dans le cadre de l’exposition L’argent déchaîné, qui relate l’histoire de la monnaie, les visiteurs peuvent partager leurs réflexions et leurs interrogations sur le système monétaire avec des «Money Hosts». Par exemple: peut-on réellement lui faire confiance? À découvrir actuellement au Musée d’histoire de Berne.

Infos: www.bhm.ch

 

Masques et mystères du Valais

L’appel du Lötschental propose une plongée dans la plus mystérieuse des vallées valaisannes. Les dimensions ethnologique, artistique, idéologique et touristique sont mises en perspective dans l’espace grâce à une documentation particulièrement riche. Un condensé de Valais dans ce qu’il a de plus original et originel. Le plus? Des masques en bois sculptés dignes du célèbre Musée du Quai Branly à Paris. À voir jusqu’au 27 août à la médiathèque de Martigny.

Infos: www.mediatheque.ch

 

File written by Adobe Photoshop? 4.0

Le musée présente notamment trois ameublements historiques de pharmacie (photo: DR)

La pharmacie a son musée

Le musée de la pharmacie de l’Université de Bâle, créé en 1925, vaut plus qu’un ­détour. Il retrace l’histoire des médicaments, de la momie poudrée à l’écureuil carbonisé, en passant par une impressionnante collection de faïences pharmaceutiques. Laboratoires historiques et cabinets scientifiques donnent au visiteur l’impression de ­débarquer chez Homais, fameux ­pharmacien de Flaubert.

Infos: www.pharmaziemuseum.ch

 

Un Loclois au Waldorf-Astoria

Saviez-vous que c’était un Loclois qui avait inventé la célèbre salade Waldorf? Né en 1866 dans les montagnes neuchâteloises, Oscar ­Michel Tschirky a émigré à New York à l’âge de 17 ans où il a rapidement gravi les échelons de l’hôtellerie de luxe jusqu’à devenir le maître d’hôtel du Waldorf-Astoria. Durant cinquante ans, il sera l’homme fort du palace, connu et apprécié de toute l’élite new-yorkaise. Le fabuleux destin d’Oscar le Montagnon, l’exposition des Moulins souterrains du Col-des-Roches, retrace jusqu’au 27 novembre son parcours aussi singulier que méconnu.

Infos: www.lesmoulins.ch

 

Plongée dans l’étrange

Logé dans le château Saint-Germain, dans la cité médiévale de Gruyères (FR), le musée HR Giger y a trouvé son écrin depuis plusieurs années. Connu notamment pour sa participation artistique au film Alien (Oscar des meilleurs effets visuels en 1980), le plasticien et illustrateur suisse,  peut y déployer tout son imaginaire fantastique. Un imaginaire à la fois érotique et inquiétant, à l’image de l’artiste décédé en 2014.  

Infos: www.hrgigermuseum.com

 

Montagne d’autrefois

Avant de devenir une place de jeu, la montagne était le terrain d’études des savants. Comme Horace-Bénédict de Saussure, naturaliste suisse qui atteignit le sommet du Mont-Blanc en 1787 en redingote et brodequins cloutés. L’expo La montagne, laboratoire des savants rend un bel hommage à ces premiers explorateurs alpins. Qui s’aventuraient vers les sommets avec des flacons de verre pour ramener des échantillons d’air… À voir au Musée d’histoire des sciences, ­à Genève, jusqu’au 26 février 2023. 

Infos: institutions.ville-geneve.ch

 

Plus d'articles