Navigation

Sondage

Qu’est-ce qui vous préoccupe en ce moment?

Doit-on avoir peur de la prochaine facture de chauffage? Faut-il reconsidérer la sortie du nucléaire? La guerre en Ukraine vous inquiète-t-elle? «Migros Magazine» a sondé la population sur ses craintes actuelles.

Texte Kian Ramezani
Die meisten fürchten sich vor einer grossen Stromrechnung und plädieren für einen Rabatt. (Bild: Getty Images)

La plupart craignent une grosse facture d’électricité et plaident pour des rabais (photo: Getty Images).

Inflation: 67%...

se préoccupent ­fortement ou assez fortement de la question de ­l’inflation. Ce chiffre est encore plus élevé en Suisse romande et chez les familles. De manière générale, les personnes qui gagnent moins ou qui dépensent plus pour leur ­ménage sont plus inquiètes de la hausse des prix.

Facture d’électricité: 71%…

s’inquiètent des hausses ­annoncées des prix de ­l’électricité. Les personnes interrogées en Suisse alémanique s’en préoccupent moins qu’en Suisse romande ou au Tessin. En outre, la question tracasse nettement plus les femmes et les personnes vivant dans des ménages avec enfants. Les personnes ­interrogées ayant un revenu élevé ont ­tendance à être moins affectées par les augmentations des prix de l’électricité.

Réchauffement climatique: 56%...

affirment que le sujet du réchauffement ­climatique les préoccupe assez fortement ou très fortement.  En Suisse romande, le réchauffement climatique pèse bien plus sur les ­esprits qu’en Suisse alémanique ou au Tessin. De plus, le sujet inquiète ­actuellement davantage les personnes vivant dans les villes que dans les campagnes. Cette image correspond à peu près au résultat du vote sur la loi sur le CO2 en 2020. 

Der Gletscherschwund hält in der Schweiz als Folge des Klimawandels unvermindert an. Im Bild der Triftgletscher.  (Bild: Keystone)

Le recul des glaciers (ici celui du Trift) se poursuit sans relâche en Suisse en raison du changement climatique (photo: Keystone).

Ukraine: 53%...

se préoccupent un peu ou beaucoup de la guerre en Ukraine. Plus les personnes interrogées sont âgées, plus cette inquiétude est ­marquée. Les citadins sont également plus préoccupés par la question.

Rabais sur l’électricité: 76%...

estiment que l’État devrait aider financièrement les ménages privés en leur accordant une sorte de rabais sur l’électricité. Cette opinion est nettement plus souvent partagée par les locataires ou les personnes ayant un revenu plus faible. Plus le niveau d’éducation est élevé, plus la proportion de personnes favorables à un soutien financier est faible.

Nucléaire: 45%...

sont favorables à l’annulation de la décision de sortie du nucléaire prise par la Suisse. Cet avis est particulièrement partagé par les hommes. De plus, la proportion de personnes ­favorables augmente avec le niveau d’éducation et de revenu.

Im Bild das Reaktorgebäude und der Kühlturm des Kernkraftwerks Gösgen SO. (Bild: Keystone)

Le bâtiment du réacteur et la tour de refroidissement de la centrale nucléaire de Gösgen, dans le canton de Soleure (photo: Keystone).

Covid-19: 26%...

s’inquiètent assez fortement au sujet du coronavirus. Inversement, près des trois quarts (74%) des personnes interrogées ne s’en ­préoccupent plutôt pas, voire pas du tout. Les personnes âgées de moins de 45 ans, les personnes actives et celles ­vivant à la campagne se tracassent le moins à ce sujet.

«La paix et la prospérité ne vont pas de soi»

348764

David Bosshart, près de la moitié de la population suisse considère que l’Occident est en partie responsable de l’invasion russe en Ukraine. Comment expliquez-vous cette opinion?

Tout d’abord, nous tendons à considérer que la paix va de soi. Il suffit de jeter un coup d’œil à l’histoire récente de l’Europe pour savoir à quel point c’est naïf. D’une manière ou d’une autre, dans ce monde interconnecté où tout est lié, ne sommes-nous pas tous un peu complices? Une grande partie des biens que nous consommons au quotidien provient de régimes autoritaires. Quand cela nous arrange, on ferme les yeux et parfois on s’indigne. Ce n’est pas très cohérent.

De même, près de la moitié des sondés estiment que la sortie du nucléaire est une erreur. Cela vous étonne-t-il?

L’énergie nucléaire a toujours déclenché de vives réactions. On la juge immédiatement bonne ou mauvaise. Mais sans énergie, il n’y a pas d’économie, pas d’alimentation, pas de croissance. Comme pour la paix, l’approvisionnement en énergie semble être considéré comme allant de soi. Les observateurs savent depuis des années qu’on arrive à nos limites. La transition des énergies fossiles aux énergies renouvelables prendra beaucoup plus de temps qu’on ne le pense, et d’ici là, la foi en la technologie et la numérisation continueront de stimuler la consommation d’énergie. Cela concerne en grande partie des gadgets péculatifs, comme les cryptomonnaies ou le métavers. Nous, les humains, apprenons, mais très lentement.

 
Seul un quart des personnes interrogées se disent préoccupées par le coronavirus. La pandémie est-elle terminée, du moins dans les esprits?

Là encore, nous nous complaisons trop dans le présent et oublions vite ce qui s’est passé hier. La consommation d’information en continu ne nous -apprend pas à mieux comprendre les liens entre tous ces phénomènes. Les expériences désagréables sont refoulées, oubliées. À cela s’ajoute le puissant instinct grégaire: lorsque les choses se compliquent et que l’incertitude croît, nous préférons imiter celles et ceux qui partagent nos impressions.

 

David Bosshart, 63 ans, a fondé le réseau international Bosshart & Partners et est président de la Fondation Gottlieb et Adèle Duttweiler. De 1999 à fin 2020, il a dirigé l’Institut Gottlieb Duttweiler pour l’économie et la société (GDI), soutenu par Migros à Rüschlikon (ZH).

Guerre: 41%...

pensent que l’Occident a une part de responsabilité dans l’invasion russe de l’Ukraine. Les sondés tessinois partagent plus souvent cet avis que les Suisses alémaniques. Les hommes âgés entre 30 et 44 ans sont particulièrement favorables à cette idée. Les personnes vivant dans un ménage avec des enfants et celles ayant un niveau d’études plus élevé sont également plus souvent de cet avis.

Sanctions: 55%...

trouvent normal que la Suisse se joigne aux sanctions de l’UE contre la Russie. La démarche du Conseil fédéral est particulièrement bien accueillie en Suisse alémanique. En outre, les hommes, les plus de 45 ans et les personnes vivant en ville sont sensiblement plus favorables à cette décision. Les personnes qui l’approuvent ont en outre tendance à avoir un niveau d’éducation et un ­revenu moyen plus élevés.

Protection du paysage: 68%...

sont favorables à des assouplissements des mesures de protection du paysage et de la nature afin de construire des installations ­solaires ou des éoliennes en plus grand nombre et plus rapidement. Les hommes sont bien plus nombreux que les femmes à se déclarer pour. Plus les personnes ­interrogées sont âgées, plus elles approuvent cette idée.

In der Walliser Gemeinde Bourg-Saint-Pierre findet sich eine Anlage, die weltweit einzigartig ist: einen schwimmenden Solarpark auf einem Stausee auf 1810 Metern Höhe.. (Bild: Keystone)

Bourg-Saint-Pierre (VS) abrite une installation unique au monde: un parc solaire flottant sur un lac de barrage à 1810 mètres d'altitude (photo: Keystone).

Chauffage: 61%...

baissent déjà leur chauffage pour ­économiser de l’énergie. 56% éteignent complètement leurs appareils au lieu de les laisser en mode veille. Plus de la moitié des personnes interrogées font déjà fonctionner leur lave-vaisselle et leur lave-linge en mode ­économique, en particulier les femmes et les plus de 45 ans. Une personne sur deux prend actuellement des douches plus courtes ou moins chaudes.

Eine Passantin fotografiert die offizielle Weihnachtsbeleuchtung der Stadt Zürich mit dem Namen «Lucy» an der Bahnhofstrasse. (Bild: Keystone)

Les illuminations de Noël à Zurich, ici sur la Bahnhofstrasse, sont particulièrment impressionnantes. Pourrait-on s’en passer? (photo: Keystone)

Illuminations de Noël: 44%...

déclarent que les illuminations de Noël devraient être éteintes en premier lieu afin d’économiser de l’électricité. Viennent ensuite les piscines couvertes etles centres de bien-être, les remontées ­mécaniques et les ­téléphériques, les cinémas/clubs/théâtres et, en ­dernier, les services de streaming comme Netflix.

Méthode employée

Les résultats reposent sur un sondage d’opinion réalisé par l’institut d’études de marché Innofact de Zurich mandaté par Migros Magazine. Pour ce faire, 1023 personnes âgées de 16 à 74 ans résidant en Suisse alémanique, romande et italienne ont été interrogées en ligne entre le 28 septembre et le 3 octobre 2022.

Plus d'articles