Navigation

Santé

La Suisse a besoin de 700 dons de sang par jour

La collecte locale d’hémoglobine permet de couvrir la consommation des hôpitaux et cliniques du pays. Toutefois, les centres de transfusion sont constamment à la recherche de nouveaux donneuses et donneurs. Notamment avant les vacances, comme celles de fin d’année.

Texte Thomas Piffaretti
Date
transfusion

Le groupe sanguin O négatif est le plus recherché. (Illustration: Getty Images)

«Aujourd’hui, nous entrons dans une période sensible pendant laquelle nous devons constituerles réserves pour les congés de Noël et Nouvel-An, moment où les dons sont moins fréquents», annonce Anita Tschaggelar. Sans être alarmiste, la responsable des services de transfusion sanguine chez Transfusion CRS Suisse rappelle l’importance du sang dans les traitements médicaux, notamment d’urgence. Chaque année, ce sont plus de 215'000 poches de globules rouges qui doivent être transfusées, 38'000 de plaquettes et 27'000 de plasma.

Autant d’hémoglobine qu’il faut collecter auprès de donneurs bénévoles. Une tâche que se partagent onze services régionaux, chapeautés par Transfusion CRS Suisse, entité affiliée à la Croix-Rouge Suisse. Si de nombreux contributeurs sont fidèles, l’objectif est d’en attirer de nouveaux. «Il est préférable d’avoir un large pool de donneurs qui donnent ponctuellement leur sang, plutôt qu’un nombre restreint qui vient plus régulièrement», explique Anita Tschaggelar.

Sur le site de l’institution, un baromètre permet de connaîtreen temps réel les besoins en dons selon le groupe sanguin. Au 30 novembre, le niveau des réserves pour le groupe O négatif, le plus recherché, était annoncé comme critique. Anita Tschaggelar compte alors sur la mobilisation des donneurs réguliers et incite les personnesqui songent à faire un don pourla première fois à franchir le pas.

O-

Les femmes et les hommes qui sont porteurs du groupe O négatif sont appelés donneurs universels. Leur sang peut être transfusé à tous les autres groupes sanguins. C’est donc un produit très recherché. Cependant, les personnes O- ne représentent que 6% dela population suisse. Raison pour laquelle elles sont très souvent sollicitées par les centres de transfusion. Le groupe A+, présent chez 35% de la population, est celui qui est le plus souvent collecté.

40 minutes

La première fois que vous donnez votre sang, un examen approfondi de votre profil est mené et les démarches prennent un peu de temps. Une fois que vous êtes un donneur enregistré, le processus est nettement plus court. Vous pouvez remplir en ligne un questionnaire sur votre état de santédu moment et le don ne dure ainsi qu’une quarantaine de minutes: environ six minutes pour prélever les 450 ml de sang et le reste pour que votre corps se régénère avec une collation proposée par lessoignants. Un don peut ainsi être fait pendant une pause midi.

50kg

C’est le poids minimum que vous devez peser pour faire un don. En général, les hommes et les femmes en bonne santé peuvent donner leur sang de 18 à 75 ans. Si vous êtes fiévreux, prévenez le centre de transfusion avant d’y aller. Votre maladie pourrait être transmise à la personne transfusée. Enfin, les hommes homosexuels qui ont eu un rapport sexuel dans les 12 mois ne sont pas éligibles pour un don. Une restriction qui pourrait être assouplie prochainement.

20

C’est le nombre de dons du sang effectués en 2021 qui présentaient des traces d’hépatite B. Chaque prélèvement fait l’objet d’un dépistage strict. Si l’échantillon est positif à l’hépatite C (8 en 2021), à l’hépatite E (64) ou au VIH (2), il est détruit. Le donneur est ensuite contacté et orienté vers un médecin ou un centre de soins ad hoc. À noter que les poches transfusées contiennent le sang d’un donneur unique.

49 jours

Les produits sanguins sont périssables. Après un certain temps, ils deviennent même toxiques et présentent un risque pour la personne qui se les verrait transfuser. Les globules rouges peuvent ainsi être conservés 49 jours. Les plaquettes, plus fragiles, ont une durée de vie d’une semaine, tandis que le plasma, qui est dépourvu de cellules, peut être congelé et administré jusqu’à deux ans après avoir été prélevé. Une fois ces dates limites dépassées, les produits sont détruits. Moins de 1% des poches finissent à la poubelle.

268'202

dons ont été effectués en 2021 en Suisse. Un chiffre stable par rapport à l’année précédente. Il permet de couvrir les besoins quotidiens en sang du pays qui s’élèvent à 700 poches en moyenne. «On n’en a jamais trop», insiste Anita Tschaggelar. Si surplus il y a, il est léger. Ainsi, à l’exception d’un hôpital grec qui est lié à la Suisse de longue date, le sang n’est pas revendu aux pays étrangers. Il arrive que quelques poches, dont la date de péremption approche, soient cédées aux entreprises pharmaceutiques pour tester ou calibrer leurs machines. Mais il s’agit d’une quantité marginale, promet Transfusion CRS Suisse.

Plus d'articles