Une coccinelle sur une feuille

Apprendre le dialecte

Que peut donc signifier «Himugüegeli»?

Jusqu’à présent, Lucas Ardelean et Slavek Bendrat ne captaient pas grand-chose en dialecte suisse. Grâce à un cours de l’École-club Migros, ils comprennent à présent largement le «Bärndütsch».

De
Michael West
Date
Format
Story

Slavek Bendrat (40 ans) aime les sonorités du dialecte bernois: «À mes oreilles, il sonne rond, chaud et doux – c’est presque de la musique.» Mais ce dialecte comprend de nombreux mots qui ne sont pas faciles à comprendre. Par exemple, que signifie le terme «Moudi»? Qu’est-ce qu’un «Himugüegeli»?

Polonais d’origine, Slavek Bendrat est un danseur polyvalent qui a vécu auparavant à Berlin et parle donc impeccablement l’allemand standard. Depuis douze ans, il est installé à Berne où il enseigne le ballet et des styles de danse contemporains. «Même si je me plais beaucoup en Suisse, je n’ai jamais trouvé l’accès au dialecte», raconte-t-il. «Le vocabulaire immense et la grammaire particulière constituent de véritables défis.

Le dialecte est omniprésent

Slavek Bendrat a toujours regretté de ne pas comprendre le «Bärndütsch»: «ici, le dialecte joue un rôle extrêmement important au quotidien. Surtout lorsque les gens parlent de sujets qui leur tiennent à cœur, ils passent presque automatiquement au dialecte, même si avant, ils parlaient par politesse l’allemand standard.» Ces derniers mois, il l’a souvent remarqué lors de discussions sur le confinement ou la vaccination contre le coronavirus.

Pour mieux comprendre les gens au quotidien, Slavek Bendrat a suivi cet été un cours de dialecte au centre «Welle 7», à la gare principale de Berne. Lors des neuf leçons de trois heures, l’ambiance était souvent bruyante, on s’amusait beaucoup. L’enseignant Urs Mumenthaler (59 ans) prenait régulièrement sa guitare pour chanter de tout avec son petit groupe – des classiques de Mani Matter au hit «079» de Lo & Leduc. «Les chansons permettent d’acquérir la rythmique du dialecte», précise le pédagogue expérimenté.

Pour Urs Mumenthaler, le plus important lors de ce cours d’été était d’élargir le plus possible le vocabulaire des participants. Pour ce faire, il ne s’est pas uniquement servi de chansons d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi de nouvelles de Pedro Lenz, un auteur à succès qui écrit en dialecte. Il a régulièrement invité ses élèves à lui parler de leur vie en «Bärndütsch» – de leur famille, de leur travail, de l’endroit où ils habitent et même de leurs rêves de la nuit précédente.

«Ce cours compact est conçu pour les gens qui parlent déjà l’allemand standard et souhaitent mieux comprendre le dialecte de la région où ils vivent», explique Urs Mumenthaler. «Bien sûr, nous nous sommes régulièrement exercés à prononcer correctement les mots, mais il ne fallait jamais que cela devienne fastidieux. Après tout, lorsque le ‹Bärndütsch› a un accent, ça peut aussi être tout à fait charmant.»

Un nouveau mot préféré

Le Canadien Lucas Ardelean (33 ans) a lui aussi apprécié l’atmosphère détendue de ce cours. Linguiste de profession, il parle couramment l’anglais, le français, le turc et l’allemand. Il vit en Suisse avec sa femme et ses quatre enfants depuis un an, d’où il forme en ligne des professeurs de langue dans différents pays. Il souhaite maîtriser le plus rapidement possible le dialecte de Berne, son lieu de domicile.

«Le cours m’a beaucoup apporté, j’ai appris une foule de jolis mots en dialecte», déclare le linguiste qui a grandi près de Toronto. Et il a maintenant un nouveau mot préféré. Comme il fait du canot pneumatique sur l’Aar pendant ses loisirs, c’est «aareböötle». Il sourit, répète le mot et le laisse littéralement fondre sur la langue.

En savoir plus sur le cours de suisse allemand

École-club Migros: quelle langue voulez-vous apprendre?

Suisse allemand, espagnol, anglais ou allemand: l’École-club Migros vous donne accès, en tant que deuxième plus grande école de langue de Suisse, à 55 langues. L’École-club vous fait donc aussi découvrir des cultures différentes. Pour que vous compreniez mieux les gens – et leur vie.