Nathan Gruber au supermarché

Inclusion

Tous logés à la même enseigne

Pas facile de trouver un emploi quand on connaît des difficultés d’apprentissage et d’intégration dans le monde du travail. À Migros Vaud, en collaboration avec la fondation Le Repuis, tout est fait pour ne pas laisser des jeunes comme Nathan Gruber sur le carreau.

De
Pierre Wuthrich
Date
Format
Que faisons-nous?

Nathan Gruber, 19 ans, travaille en tant qu’apprenti gestionnaire du commerce de détail au MMM de Crissier (VD) depuis août 2023. «Je participe à la mise en place des marchandises, gère les stocks et répond aux différentes demandes des clients», détaille le jeune Vaudois. Et s’il porte l’uniforme et le badge Migros, Nathan Gruber n’est toutefois pas un collaborateur de Migros Vaud, mais un «apprenti Repuis», comme il se dénomme lui-même. Comprenez par là qu’il est sous contrat avec le Centre de formation professionnelle spécialisée Le Repuis, basé à Grandson (VD), dont le mandant principal est l’Assurance-invalidité (AI). Car notre homme, bien qu’enthousiaste et volontaire, présente parfois des troubles relationnels et peine à gérer ses émotions. «Je n’aime pas par exemple quand il y a des imprévus dans la journée. Si ma pause de midi est déplacée ou si je dois aller travailler tout d’un coup dans un autre rayon alors que cela n’était pas prévu, cela me stresse et je peux me montrer trop franc avec ma hiérarchie. Mais je sais aussi reconnaître mes erreurs, notamment lors des débriefings.»

Notre but est d’optimiser au maximum l’employabilité de ces apprentis.

Nicole Léchaire, maîtresse socioprofessionnelle

Pour cela, Nathan Gruber peut compter sur le soutien de Nicole Léchaire. Cette maîtresse socioprofessionnelle (MSP), elle aussi engagée par Le Repuis, est présente en permanence dans le supermarché. «L’objectif est que Nathan Gruber puisse effectuer les mêmes tâches que les apprentis de Migros Vaud présents sur la surface de vente, et ce, au même rythme qu’eux. Je m’occupe donc de reformuler les consignes des chefs de rayons qui auraient peut-être été mal comprises, je vérifie que le travail et les directives sont exécutés comme demandé et surtout je prends le temps de discuter de chaque situation, ce qui est très précieux», précise la Vaudoise, qui joue aussi parfois le rôle de grande sœur et de confidente.

Effacement des différences

Rien qu’à Migros Crissier, Nicole Léchaire accompagne une équipe de sept apprentis Repuis. En tout, entre vingt-cinq et trente jeunes présentant des difficultés d’apprentissage sont employés dans quatre magasins de la coopérative vaudoise. «Notre but est d’optimiser au maximum leur employabilité. Ils peuvent ainsi suivre des formations certifiantes ou non dans différents métiers», explique la MSP. Avec succès, puisque le taux de réussite des jeunes du Repuis est supérieur à 90%, et que 70% d’entre eux trouvent un emploi par la suite.

Le secret de cette réussite est à chercher dans la volonté du Repuis de proposer des conditions d’embauche le plus proches possible de la réalité. Les supermarchés Migros offrent à cette fin de belles opportunités puisque les apprentis Repuis sont confrontés aux mêmes problèmes que leurs collègues de Migros Vaud. Il y a par ailleurs une vraie volonté d’effacement des différences. Cela passe par l’uniforme on l’a vu, mais aussi par la participation aux journées d’accueil et à la préparation aux examens. Quant aux festivités de fin de formation, elles se déroulent bien évidemment ensemble également. «Au quotidien, les apprentis se mélangent et font leurs pauses en fonction de leurs intérêts plutôt qu’en fonction de leur employeur», se réjouit Nicole Léchaire.

Une plus-value pour tous

Quant à Migros Vaud, elle accueille volontiers les apprentis Repuis dans ses magasins. «Ce mélange est enrichissant pour tout le monde. Les collaborateurs Migros voient ainsi des jeunes qui sont motivés et qui ont envie de trouver leur place sur le marché du travail. Cela les stimule aussi. De plus, tout le monde a envie de les soutenir et de faire en sorte qu’ils réussissent. Il y a donc peut-être davantage de solidarité qu’ailleurs», glisse Ariane Dupuis Moret, l’une des deux spécialistes Jeunes Talents qui accompagnent les quelque deux cents apprentis de Migros Vaud.

Nathan Gruber évolue donc dans un environnement à la fois bienveillant et concret et espère bien décrocher prochainement son CFC. Il pourra alors postuler dans un magasin d’électronique et peut-être décrocher une place de vendeur des produits Apple, qu’il connaît déjà en long et en large. Car Nathan Gruber a du talent; il suffit juste de l’accompagner à prendre son envol. Ce à quoi Le Repuis et Migros Vaud s’attellent.