L'eau de pluie est recueillie dans un baril de pluie.

Économiser l'eau dans le jardin

Arroser ses plantes avec l’eau de pluie

Pour répondre aux sécheresses estivales, il est indispensable d’économiser l’eau. Grâce à un système de récupération d’eau, les adeptes du jardinage font du bien à leurs plantes, à leur pelouse et à l’environnement.

De
Ariane Gigon
Date
Format
Conseil

Pourquoi installer un récipient de récupération d’eau de pluie?

L’été dernier, de nombreuses communes ont restreint, voire interdit, l’arrosage des pelouses ou encore le remplissage des piscines. Par ailleurs, l’eau de pluie est bien meilleure que celle du robinet, dont le calcaire peut provoquer des taches sur les feuilles des plantes. Du côté financier, si l’on compte les frais du matériel à installer, qui varient selon la taille des récipients, la récupération d’eau pour l’arrosage d’un jardin de grandeur moyenne (environ 200 mètres carrés) permet d’économiser quelque 100 francs par année.

Quels récipients choisir?

Au niveau des réservoirs en surface, le choix va de tonneaux de pluie (ou «barils») à des récipients plus décoratifs. Certains de ces modèles peuvent se fixer au mur. S’il s’agit de récupérer de l’eau de pluie sur un balcon, un seau ou tout autre objet à votre convenance suffit.

Une telle installation est-elle difficile?

Raccorder à une cuve le tuyau de descente amenant l’eau de la gouttière vers le sol, puis installer un robinet pour remplir l’arrosoir ne nécessite pas l’intervention d’un spécialiste. Des détails peuvent améliorer l’utilisation, comme un filtre dans l’élément de liaison entre tuyau de descente et récipient, pour retenir les feuilles mortes ou autres éléments indésirables.

À quoi faut-il faire encore attention?

Les récipients étant en matières synthétiques, il est conseillé de les placer le plus à l’ombre possible. Même si cette eau n’est pas destinée à la consommation, la chaleur peut favoriser le développement d’algues et de germes. En hiver, le froid et le gel peuvent rendre le plastique poreux et favoriser l’apparition de fissures. Il vaut mieux vider la cuve et stopper l’arrivée d’eau si les températures descendent en dessous de zéro.

Y a-t-il d’autres moyens d’économiser l’eau?

Assurément, en n’arrosant pas trop! Pour le gazon, par exemple, il faut attendre que les brins d’herbe soient un peu jaunis ou qu’ils aient l’air «fatigués ». Il faut alors arroser de préférence la nuit, et ne pas lésiner sur les quantités, pour que l’eau aille en profondeur, vers les racines, à 10-15 cm sous terre. Si on arrose trop souvent et superficiellement, les racines n’en bénéficient pas.

Informations fournies par Gunnar Voss, responsable du dossier aux Marchés spécialisés de Migros, qui comprend Do it + Garden Migros.