Peter Fox va faire danser l’Openair Gampel.

Oui à la musique, non aux déchets

Combien de déchets un festival génère-t-il?

Après quatre jours et le passage de 100 000 spectateurs, bénévoles, artistes et techniciens, à quoi ressemble le site d’un festival? Si vous visualisez des tentes abandonnées et des tonnes de déchets, vous allez être surpris.

De
Marcel Zulauf, Ringier Brand Studio
Date
Format
Que faisons-nous?

Le 19 août, lorsque Peter Fox, chanteur du groupe berlinois Seeed, montera sur le Red Stage de l’Openair Gampel, il sera accueilli par des milliers de fans (qui pourront involontairement générer des déchets). Ce que nombre de personnes ignorent, c’est que Seeed a participé à la première étude scientifique sur le thème de la durabilité des grands concerts en Allemagne. «Il est essentiel de se soucier de la durabilité. Sur le plan personnel, sur le plan politique, sur le plan systématique. Le “Business as usual”, c’est terminé», déclare Peter Fox.

S’amuser sans nuire à l’environnement

À Gampel, la durabilité figure elle aussi en tête d’affiche. En effet, le festival valaisan a élaboré une stratégie de durabilité, conjointement avec Migros. Les quantités de déchets, la consommation énergétique et donc l’empreinte carbone ont déjà bien baissé. Lors de l’édition 2022 du festival, qui a accueilli 100 000 fans, 10 kg de CO2 ont été produits par personne. A titre de comparaison, l’Office fédéral de l’environnement estime qu’environ 12,5 kg de CO2 sont généralement générés par personne et par jour. La quantité de déchets a été réduite de 42% pour atteindre 74,9 tonnes. Sur ce total, 45,5% ont été recyclés.

100 000 fans se réunissent en Valais pour célébrer la musique.

«Récupérer des matériaux au lieu de les éliminer»

L’entreprise acting responsibly du sociologue Rolf Schwery conçoit, en collaboration avec Migros, des plateformes et des mesures pour des événements durables. Pour lui, une chose est sûre: «Les monceaux de déchets jonchant les sites des festivals appartiennent au passé. Des systèmes de tri bien définis sont nécessaires. Nous disposons désormais de modules simples et évolutifs qui donnent de bons résultats. Nous collectons par exemple le plastique séparément. L’idée consiste à récupérer des matériaux au lieu de les éliminer.»

Une vision zéro déchet

Avec le soutien de Migros, l’Openair Gampel a conçu une charte de durabilité. Dans les années à venir, les organisateurs souhaitent atteindre trois objectifs: parvenir au zéro déchet, renforcer la cohésion sociale et miser sur la qualité plutôt que sur la quantité. Rolf Schwery précise que ces mesures ne s’arrêtent pas à la protection de l’environnement, estimant que les aspects sociaux, économiques et écologiques sont intimement liés; «un événement durable laisse un souvenir positif à long terme à toutes les personnes qui y ont participé.»

Tri des déchets et politique zéro déchet

Des bénévoles, pour une fête propre

Outre le système de tri développé par Migros et un nouveau concept en matière de traitement des déchets, 120 «Zero Waste Heroes» ont permis de réduire fortement la quantité de déchets produits par le festival valaisan et d’atteindre un taux de recyclage très élevé. Pendant le festival, des bénévoles ont assuré quelque 1560 heures de travail. Ainsi, la quantité de déchets par personne est passée de 1,2 kg à 0,75 kg. Outre les déchets résiduels, le bois, le métal, l’alu, le PET, le plastique, le verre et les matières biodégradables ont été collectés séparément.

Les fans du festival transportent des tentes et des bagages

Le camping sans chaos

À Gampel, la gratuité du camping contribue à la durabilité, en réduisant le nombre de trajets. On peut également y trier ses déchets, et de l’eau potable est disponible gratuitement. Depuis 2022, les festivaliers qui n’ont pas de tente ou qui préfèrent voyager sans la leur peuvent bénéficier du service de location écologique niuway. Dès la première année, 160 tentes ont trouvé preneur. Et en plein air, un bon équipement de camping permet de passer des nuits aussi durables que confortables.

La mobilité, décisive pour le climat

La mobilité est l’élément qui pèse le plus lourd dans le bilan écologique d’un festival. À Gampel par exemple, des émissions équivalant à 1 004 tonnes de CO2 ont été mesurées en 2022. «Cela correspond à environ 10 kg de CO2 par personne. La mobilité est responsable de 55% des émissions, dont 63 % sont dus aux déplacements des stars», explique le sociologue. Pour lui, il est important de convaincre le public, par le biais d’incitations. À Gampel, les transports publics entre Viège et le terrain du festival sont par exemple compris dans le prix du billet.

La promotion des transports publics, utiles sur plusieurs plans

Pour le spécialiste, la promotion des transports en commun comporte encore d’autres avantages: les gens consomment davantage sur place, ce qui profite au commerce local. De plus, cela augmente la sécurité, en réduisant le nombre d’accidents. «Le trajet en transports publics présente des avantages à la fois sur le plan économique, écologique et social.»

La nourriture destinée aux spectateurs, aux équipes et aux artistes

L’alimentation, un facteur climatique

Certes, l’offre de restauration pour les spectateurs, les artistes et le personnel intervient dans le bilan climatique du festival. L’année dernière, elle y a contribué à hauteur de 32%, soit 323 713 kg en équivalents de CO2. Mais en raison de l’absence de solutions adaptées, il n’est pas encore possible de proposer de la vaisselle réutilisable aux 100 000 festivaliers, regrette Ralf Schwery. «Pour cette raison, nous avons mis en place une collecte globale du plastique dans toute la zone du festival.»

Olivier Imboden, responsable Médias

En savoir plus dans le video Youtube avec Olivier Imboden, responsable Médias, présente le concept de durabilité de l’Openair Gampel (min 2:26 à 3:23, en allemand).

Un succès mesurable

L’Openair Gampel mesure ses performances en matière de durabilité depuis 2015 et peut se targuer de s’améliorer constamment. La plateforme nachhaltige-events.ch de Migros permet de saisir les données relatives aux déchets, à l’approvisionnement, à la restauration, aux transports et à la sécurité. Depuis 2021, l’utilisation de l’eau et de l’énergie est également consignée et l’empreinte CO2, calculée. Le développement de la stratégie de durabilité repose sur l’initiative Événements durables appliquée par Migros dans le cadre de son partenariat et sponsoring.

Photos: Getty Images/Thomas Niedermueller, KEYSTONE/Jean-Christophe Bott/Manuel Lopez, acting responsibly AG