Un enfant et son père achètent un sapin de Noël chez Migros.

En pot, coupé ou en plastique

Votre sapin de Noël est-il vraiment vert?

Le sapin à feuilles persistantes décore presque tous les foyers suisses à Noël. Mais ces arbres sont-ils verts sur le plan écologique? Les réponses apportées sont une agréable surprise.

De
Marcel Zulauf, Ringier Brand Studio
Date
Format
Conseil

Verts, ils le sont tous: les sapins de culture de la forêt locale, les sapins de Noël importés, les sapins artificiels ou encore les sapins en pot. Et c’est justement ce vert persistant qui est à l’origine du sapin de Noël. Du fait que les conifères conservent leur feuillage même en hiver, le vert était déjà synonyme de vitalité et de force vitale chez les Romains. Mais ce n’est qu’à partir du Moyen ge que les sapins ont été introduits dans les foyers sous forme d’arbres de Noël.

La quête du sapin idéal va bientôt reprendre. Le Sapin de Nordmann est particulièrement apprécié. De plus en plus souvent, il ne quitte pas son pot et retourne à la pépinière après les fêtes. Sinon, on sort le sapin en plastique, qui est d’ailleurs plus apprécié que le sapin coupé en Suisse romande et au Tessin. Vous en trouverez également un grand choix dans votre magasin Do it + Garden.

Plus verts qu’on ne le pensait

Le fait de devoir se débarrasser au bout de quelques jours d’un produit naturel qui a mis du temps à pousser, simplement pour créer une ambiance de fête et respecter une tradition de longue date, fait hésiter de nombreux clients lors de l’achat d’un sapin de Noël. Ils se posent des questions sur sa durabilité.

De fait, jeter un coup d’œil à l’écobilan des différents sapins de Noël n’est pas inutile. Une chose est sûre en tout cas: les sapins de Noël sont plus verts qu’on ne le pensait. Ainsi, pendant une période de croissance de dix ans, les plantes issues de cultures de sapins de Noël suisses fixent environ 145 tonnes de CO₂ par hectare tout en produisant environ 105 tonnes d’oxygène. En outre, les cultures d’arbres offrent un habitat important pour les animaux.

Tout est dans la provenance

Les transports jouent un rôle en ce qui concerne l’empreinte carbone. C’est pourquoi le sapin de Noël suisse est mieux classé que le sapin importé. Migros, qui vend aussi bien des arbres suisses que des sapins importés du Danemark, veille au respect de l’environnement dans ses critères de culture, indique Mirjam Sacchelli, spécialiste du développement durable à la Fédération des coopératives Migros.

De forêt, de culture, en pot ou en plastique?

Les sapins qui ont poussé naturellement dans la forêt présentent le meilleur bilan environnemental, comme le souligne la société de conseil en environnement ESU-Services dans une étude de 2019. Ceci parce que des directives légales interdisent l’utilisation d’engrais ou de produits phytosanitaires.

Les sapins de Noël issus de culture suisse sont cultivés selon les directives environnementales strictes d’IG Suisse Christbaum. Une attention particulière est accordée à la préservation des ressources du sol, de l’eau, de l’air et de la biodiversité.

Dans le cas d’un arbre loué en pot, le transport et l’acclimatation dans l’entrepôt pèsent certes dans la balance, mais sur une période de cinq ans (plus ou moins la durée pendant laquelle le sapin en pot est loué), l’impact environnemental global est comparable à celui d’un arbre coupé suisse.

Les arbres importés proviennent souvent du Danemark, d’Allemagne ou des Pays-Bas. En raison de méthodes de culture intensives, de réglementations environnementales moins strictes et de trajets plus longs, leur bilan environnemental est légèrement moins bon. Les sapins de Noël en provenance du Danemark vendus par Migros sont certifiés GlobalGAP. Le cahier des charges prévoit également une utilisation responsable des engrais et des produits phytosanitaires.

Le bilan du sapin en plastique est étonnant: s’il ne pèse pas plus de deux kilos et qu’il est utilisé pendant au moins cinq ans, son empreinte carbone est comparable à celle des sapins de culture. Ceci étant, seul le bilan environnemental direct du sapin en plastique est ici pris en compte et non des aspects tels que les conditions de travail.

Point important: le cycle des arbres se poursuit après Noël. Les invendus servent régulièrement à nourrir les animaux. Les sapins de Noël des particuliers sont souvent transformés en biogaz ou finissent incinérés en raison des éventuels résidus de bougies ou de décorations.

Les girafes du zoo de Zurich grignotent les aiguilles d’un sapin de Noël.