Durabilité

9 faits sur la forêt suisse

À la fois espace de vie, moyen de subsistance et zone de loisirs, la forêt se transforme en raison du changement climatique. À quoi ressemblera-t-elle dans le futur?

De
Edita Dizdar, Nina Huber, Silvia Schütz, Marlies Seifert
Date
Format
Story

1. 130 espèces d’arbres et d’arbustes

130 espèces d’arbres et d’arbustes sont endémiques de la forêt suisse. Et plus de 20 000 espèces animales vivent dans les forêts suisses. Certaines, comme la chauve-souris Barbastelle, sont menacées d’extinction. D’autres, comme le chacal doré, s’installent dans notre pays. Migros soutient les actions du WWF qui permettent aux enfants et aux adultes de découvrir par eux-mêmes l’importance de la bio­diversité pour nos forêts.

2. Il y aura plus d'arbres à feuilles caduques à l'avenir

La composition des forêts change. «À l'heure actuelle, nous disposons en Suisse d'à peu près la même quantité de bois de feuillus et de conifères. Ce ratio va évoluer en faveur des feuillus dans les décennies à venir", explique Frank Vasek de Timber Finance. La start-up soutenue par le Fonds pionnier Migros développe des moyens d'exploiter durablement la forêt du futur. Timber Finance s’engage à accroître l’utilisation du bois comme matériau de construction. « Le bois dur est presque aussi résistant que l’acier. Nous pourrions l’utiliser pour construire une deuxième forêt sous forme de maisons », explique Vasek.

3. Les gagnants du changement …

  1. Sapin blanc: Il progressera vers des altitudes plus élevées dans les montagnes, car les températures plus chaudes lui permettront de croître plus longtemps dans l’année.

  2. Chêne pubescent: Il va se répandre dans les endroits secs du Valais, généralement au détriment du pin sylvestre.

  3. Sapin de Douglas: En plaine, il supporte mieux la sécheresse que de nombreuses autres essences. C’est pourquoi les forestiers y plantent aujourd’hui de plus en plus cette espèce d’arbre originaire d’Amérique du Nord.

... et les perdants du changement

  1. Épicéa: Sur le Plateau, dans le Jura et dans les régions alpines sèches, il sera moins présent qu’aujourd’hui, car il supporte mal la chaleur et la sécheresse et est menacé par le bostryche.

  2. Hêtre: Pour lui, la situation devient critique en plaine sur des sols qui retiennent mal l’eau, par exemple sur des crêtes rocheuses ou des sols graveleux.

  3. Frêne: Il continuera à diminuer fortement, car il est menacé par des ­maladies (flétrissement du frêne) et des parasites (agrile du frêne).

4. La limite des arbres s'élève jusqu'à 500 mètres

Plus il fait chaud et sec dans les basses terres, plus la végétation se déplace vers les zones plus élevées. L'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) estime réaliste que la limite forestière s'élève par endroits de 500 mètres d'ici la fin du 21e siècle. Outre les températures plus élevées, d’autres facteurs doivent également être pris en compte. Les zones à reboiser ne doivent pas être pâturées. En raison de l'agriculture alpine, la limite des arbres s'est déplacée vers le bas au cours des dernières décennies, car les arbres des Alpes ont été abattus. Vous avez également besoin de suffisamment de graines d’arbres capables de se propager et de survivre à des altitudes plus élevées. De plus, les conditions du sol doivent être adaptées à la germination des graines. Et enfin, les animaux sauvages comme les cerfs ne doivent pas trop nuire aux jeunes arbres.

5. La forêt suisse capte 2,5 millions de tonnes de CO₂ chaque année

Les arbres absorbent du carbone. Cela en fait un moyen efficace de stabiliser le CO₂ dans l’atmosphère. "Le potentiel de stockage est énorme", déclare Leo Caprez de Brainforest. "Plus d'un quart du CO₂ émis dans le monde est absorbé par les forêts." Soutenue par le fonds pionnier Migros, Brainforest développe ainsi des solutions pour prévenir la déforestation, par exemple en cultivant des noix ou en vendant des certificats CO₂.

6. La forêt a une influence positive sur nous

Des études montrent qu’une promenade de 30 minutes suffit pour détendre le corps et l’esprit. La tension artérielle baisse, le stress diminue, la concentration augmente. Les Japonais savent depuis longtemps que la forêt fait du bien aux humains. Le «Shinrin Yoku», ou «bain de forêt», est une pratique thérapeutique très populaire au Japon. Elle consiste à se ressourcer et à faire le plein d’énergie en forêt.

7. 55 000 arbres déterminent la forêt respectueuse du climat

Dans le cadre d’un projet à long terme, l’Institut fédéral de re­cherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) étudie, en collaboration avec l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et les cantons, les ­essences qui résistent le mieux au changement climatique. Pour ce faire, 55 000 jeunes arbres de 18 espèces différentes ont été plantés sur 57 sites tests à toutes les altitudes et dans toutes les régions de Suisse. Les chercheurs observeront leur croissance et leur mortalité dans différentes conditions au cours des 30 à 50 prochaines années.

8. 1876, la Suisse a adopté une loi garantissant la protection de la forêt

Il y a près de 150 ans, soit en 1876, la Suisse adoptait la première loi forestière et devenait ainsi un modèle à l'échelle mondiale. L'objectif était une utilisation durable de la ressource forestière. Une interdiction de défrichement est entrée en vigueur et de vastes zones montagneuses ont été reboisées. Raison: La révolution industrielle a laissé des traces dans nos forêts sous la forme de coupes à blanc. Cela a entraîné des catastrophes naturelles telles que des inondations, des chutes de pierres, des avalanches et des glissements de terrain.

9. Migros soutient un projet de reforestation dans le nord du Nicaragua

Les arbres absorbent le CO2. Cela en fait un moyen efficace de stabiliser ce gaz à effet de serre dans l’atmosphère. «Le potentiel de stockage est énorme, déclare Leo Caprez, de l’association Brainforest. Plus d’un quart du CO2 émis dans le monde est absorbé par les forêts.» Soutenu par le Fonds pionnier Migros, Brainforest élabore des solutions pour empêcher la déforestation. «Il est important que les alternatives soient économiquement intéres­santes pour les utilisateurs de la forêt», explique Leo Caprez. Si les arbres peuvent être utilisés de manière rentable pour la culture des fruits à coque, ils ne sont pas abattus. Une autre solution serait de vendre des certificats de CO2. «Cela permettrait de financer des projets de conservation ou de reforestation.» Toutefois, les examens préliminaires sont déjà coûteux. «Pour les petites surfaces comme en Europe, ce n’est souvent pas encore rentable. Nous élabo­rons ici des solutions à l’aide de nouvelles technologies comme les drones.» Néanmoins, le plus grand potentiel ne se trouve pas ici, mais dans les forêts tropicales.

Ainsi, Migros soutient un projet de reforestation dans le nord du Nicaragua grâce à un financement provenant du Fonds M pour le climat. Les petits paysans qui possèdent des terres inutilisées dans la région de San Juan de Limay sont soutenus finan­cière­ment pour planter différentes espèces d’arbres en collaboration avec la fondation d’utilité publique myclimate. «La biodiversité est extrêmement importante pour un reboisement durable», explique Leo Caprez.