Navigation

Produits durables

Tout est clair? Bien sûr!

Les bananes sont appréciées comme aucun autre fruit. Il est donc d’autant plus important de miser sur la durabilité pour leur culture. Migros y veille grâce à son projet sur les bananes mené en collaboration avec le WWF en Équateur et en Colombie.

Texte Michelle de Oliveira
Date
1ifPRw9Wb84hgxtN0DAkU6

La banane est l’un des fruits les plus appréciés en Suisse. À l’heure actuelle, les client-es de Migros en achètent 30 000 tonnes par an. En 1931, la banane faisait partie des premiers articles tropicaux de Migros. Elle est aujourd’hui un best-seller et le produit frais numéro 1 chez Migros. Et ce, mot pour mot, puisqu’il faut sélectionner le chiffre 1 sur la balance de pesée pour peser ses bananes.


Une culture exigeante

Nos bananes proviennent majoritairement de cultures durables Bio Fairtrade ou Demeter et d’un projet commun avec le WWF, qui a démarré dès 2016. Elles sont d’autant plus appréciées lorsqu’on les mange la conscience tranquille.

Bananeraie

Voici à quoi ressemble une plantation de bananes du projet WWF vendues dans les magasins Migros.

La culture conventionnelle des bananes s’accompagne d’une multitude de défis environnementaux et sociaux: les fruits sont cultivés dans d’immenses exploitations agricoles, qui utilisent à cet effet beaucoup d’eau, d’engrais et de produits phytosanitaires.


Le WWF en faveur d’une culture responsable

Le projet du WWF s’engage pour une culture bananière plus responsable: il vise à rendre la production plus acceptable socialement et plus écologique. Actuellement, près de vingt exploitations agricoles d’Équateur et de Colombie y participent.


Plus d’informations, moins d’eau

Au cours des dernières années, le mode d’irrigation a fondamentalement changé. Auparavant, les exploitations arrosaient les bananiers avec autant d’eau que cela leur semblait juste. Aujourd’hui, la consommation d’eau est calculée spécialement pour chaque exploitation. En effet, les besoins diffèrent d’une exploitation à l’autre et dépendent par exemple de la nature du sol et du taux d’évaporation.


Réduction de la consommation d’eau grâce aux installations de traitement de l’eau

Les stations météorologiques fournissent en outre des données précises telles que la température de l’air, la vitesse du vent et l’ensoleillement. Tout cela permet de faire des prévisions exactes et de n’arroser qu’avec la quantité d’eau dont les plantes ont réellement besoin. L’eau servant au nettoyage des bananes est réutilisée à l’aide d’une installation de traitement de l’eau. Grâce à ces mesures, la consommation d’eau dans les exploitations agricoles a considérablement diminué.

Station météorologique installée dans une bananeraie

Les stations météo fournissent des données pour le calcul exact des besoins en eau des exploitations

Par ailleurs, la culture renonce aux compléments d’engrais et aux désherbants. Aujourd’hui, les mauvaises herbes sont coupées à la débroussailleuse et laissées sur le sol. Les bananiers restent eux aussi dans le champ à la fin de leur cycle de vie. Le sol reçoit ainsi des nutriments supplémentaires et s’assèche moins vite.

Les six objectifs du projet sur les bananes mené en collaboration avec le WWF

  1. Économiser l’eau: L’eau de nettoyage est par exemple récupérée pour être réutilisée: environ 90% de toutes les exploitations agricoles en Colombie et en Équateur travaillent désormais avec des installations de traitement de l’eau. En outre, les stations météorologiques aident à déterminer plus précisément les besoins en eau des plantes et évitent l’arrosage excessif.

  2. Protéger les sols: Les méthodes de culture durable permettent de préserver les sols et de privilégier une utilisation réduite et ciblée des pesticides.

  3. Favoriser la biodiversité: Des zones tampons autour des exploitations protègent les écosystèmes environnants contre les influences négatives de la culture de bananes et créent de nouveaux espaces de vie.

  4. Préserver le climat: Les dispositifs de dosage permettent de contrôler l’utilisation des engrais de façon plus précise et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

  5. Mettre en place une gestion des déchets: L’objectif est de produire le moins de déchets possible.Ceux qui sont générés malgré tout sont stockés en sécurité, éliminés de manière appropriée et, dans la mesure du possible, recyclés.

  6. Protéger les travailleurs: Tous les travailleurs ont été intégrés dans un système de sécurité sociale, qui les indemnise en cas d’arrêt de travail. En outre, des contrats de travail fixes permettent de garantir le respect du droit du travail national.

Le projet du WWF est axé sur l’amélioration continue. Des expert-es indépendant-es contrôlent deux fois par an les mesures prises par les exploitations agricoles sur lesquelles poussent également des bananes Migros.

Plus d'articles