Un homme sort un sac Migros du véhicule autopiloté

Voiture sans chauffeur

Cette voiture robotisée pourrait bientôt vous apporter à manger

Le premier véhicule électrique de livraison sans chauffeur de Suisse est actuellement en service à Ebikon (LU), où il assure la livraison de produits Migros pour l’entreprise Schindler. Lara Amini, ingénieure, explique le fonctionnement de cette offre.

De
Jörg Marquardt
Date
Format
Que faisons-nous?

Lara Amini, pourquoi avons-nous besoin d’un service de livraison autonome?

Loxo présente un intérêt non pas pour un, mais plusieurs groupes cibles. Notre service n’étant pas soumis à des horaires de travail fixes, les client-es privé-es bénéficient d’une plus grande souplesse pour se faire livrer leurs achats par des détaillants tels que Migros. Villes et communes, pour leur part, bénéficient d’une diminution de leurs émissions de CO2 parce que les commandes de plusieurs personnes sont regroupées au sein d’une même livraison.

La circulation des véhicules sans chauffeur est-elle seulement autorisée?

Pas encore. Mais l’Office fédéral des routes (OFROU) planche sur une loi en ce sens qui devrait être présentée en 2024. Notre projet pilote à Ebikon n’est autorisé que pour une zone clairement définie. Ce trajet long de 500 mètres parcourt exclusivement la propriété de Schindler – et non des rues cantonales. En outre, il n’est pas permis à notre véhicule de dépasser les 30 km/h. Des capteurs veillent à la sécurité de ses déplacements sur la route. Dans la phase initiale, ceux-ci seront en outre surveillés manuellement à distance.

Est-ce que bientôt, nous ne commanderons plus nos aliments qu’avec le service «Migronomous»?

Selon la façon dont le législateur réglementera la conduite sans chauffeur, nous pourrons, dans le scénario le plus favorable, couvrir une ville avec ce service de livraison dès 2025 – et peut-être même le proposer dans tout le pays. Mais pour l’instant, nous nous concentrons sur la phase de test. La technologie a besoin de temps pour mûrir.