Navigation

Pieds de femmes sur un pèse-personne

Lutter contre le surpoids

Mâcher pour rester mince?

Une gomme à mâcher à base de fibres alimentaires pour aider à perdre du poids. Maria Luisa Balmer, à l’origine du produit, en explique le principe et quel est le rapport avec Migros.

De
Barbara Scherer
Date
Format
Interview

Madame Balmer, la gomme à mâcher amincissante FibreGum est-elle déjà en vente à Migros?

Malheureusement, non. Ce produit n’est pas encore disponible ­dans les magasins Migros. Nous le testons actuellement dans le cadre ­d’une étude menée sur des jeunes patientes et patients en surpoids, en ­collaboration avec l’Hôpital des enfants de Berne. Nous tablons toutefois sur une mise en vente dans les prochaines années, y compris à Migros.

Et dès qu’il sera disponible, je pourrai m’en servir pour mincir ...

Le FibreGum n’est pas un produit miracle qui permet de perdre 10 à 20 kilos. Il ne remplace ni une alimentation ­équilibrée ni la pratique d’une activité physique suffisante. C’est plutôt un complément aux méthodes traditionnelles de perte de poids. Notre espoir, c’est qu’il modifie durablement la flore intestinale.

Quel en est le principe?

Ce sont les fibres alimentaires solubles contenues dans la gomme à mâcher qui agissent. Ces fibres d’origine naturelle, comme celles que nous trouvons dans les légumes et les légumineuses, alimentent des ­bactéries intestinales importantes. Chez les personnes souffrant d’obésité chronique, on constate souvent une carence de ces ­bactéries mangeuses de fibres. Or, leur absorption accrue entraîne la repousse de ces filaments bactériens. Et c’est justement ce que fait le FibreGum.

Et ces bactéries font maigrir?

Pas les bactéries proprement dites, mais les sous-produits qui se forment lorsqu’elles digèrent les fibres alimentaires. Il s’agit par exemple des acides gras à chaîne courte. Ceux-ci régulent l’appétit. En d’autres termes, les personnes dont le ­système dispose d’une quantité plus élevée d’acides gras de ce type sont plus vite rassasiées et mangent moins. Mais ce n’est pas qu’une question de perte de poids.­

De quoi d’autre alors?

Cette solution pourrait aussi agir sur les complications liées à l’obésité, comme le diabète ou l’hypertension. Sur la base d’études actuelles, nous partons du principe que les bonnes bactéries intestinales stimulent également la combustion des graisses ­ainsi que le métabolisme du sucre dans le corps, ­ ce qui peut prévenir l’apparition du diabète.

Mais je pourrais aussi tout simplement manger plus de légumes ...

Absolument. À la différence près que le FibreGum reste plus longtemps dans la bouche, ce qui accroît la possibilité de stimuler la sécrétion de bactéries favorables. Celles-ci produisent déjà dans la bouche des métabolites importants, qui passent dans la circulation sanguine via les muqueuses et sont directement transportés vers des organes essentiels. En outre, la gomme à mâcher aide probablement aussi à baisser l’envie de grignoter.

A-t-elle un goût de légumes?

(rires) Non. Le FibreGum ressemble à une gomme à mâcher classique. Il est blanc et a un goût de menthe poivrée.

Fabriquez-vous vous-même ce produit? 

Non, nous l’avons développé en collaboration avec l’entreprise Delica de Migros, qui se charge de la production. 

Pourquoi la gomme à mâcher n’est-elle testée que sur des enfants?

Pour faire simple: parce qu’il fallait bien commencer l’étude quelque part. Comme de nombreux adultes en surpoids rapportent que leurs problèmes de poids remontent souvent à leurs jeunes années, il est logique de commencer la lutte contre l’obésité chez les enfants. De plus, la plupart d’entre eux aiment la gomme à mâcher, ce qui en fait un groupe d’étude parfait.