Pile de monnaie à côté d'une tirelire

Prévoyance pour la retraite

Combien épargner pour être à l’aise à la retraite?

Ma partenaire et moi-même (tous deux 55 ans) avons ensemble un revenu annuel brut de 150 000 francs. Nous épargnons chaque année près de 10% de ce montant. Est-ce suffisant pour maintenir notre niveau de vie à la retraite?

De
Isabelle von der Weid
Date
Format
Conseil

Cela dépendra du montant de vos dépenses. Certes, lors du départ à la retraite, les frais professionnels, tels que les frais de déplacement, de restauration ou les impôts, diminuent ou disparaissent. Mais il reste aussi plus de temps pour des activités de loisirs onéreuses, et il faut s’attendre à une augmentation des coûts de la santé. En règle générale, le revenu nécessaire à la retraite s’élève à 80% du revenu annuel brut. Déduction faite du taux d’épargne, il en résulte dans votre cas un besoin de 108 000 francs par an – tendance à la hausse.

En règle générale, le revenu nécessaire à la retraite s’élève à 80% du revenu annuel brut.

Isabelle von der Weid

Dans de nombreux cas, les revenus de l’AVS et de la caisse de pension couvrent environ 60% du revenu brut actuel. Pour votre partenaire et vous, cela équivaut à 90 000 francs provenant des premier et deuxième piliers. Pour avoir droit à ce montant, vous devez toutefois travailler jusqu’à l’âge ordinaire de la retraite (65 ans), sans quoi la rente est réduite. D’autres facteurs tels que le travail à temps partiel, le congé parental ou le chômage peuvent également entraîner des réductions.

Dans votre cas, il existe une lacune d’environ 18 000 francs par an entre vos besoins et les prestations escomptées des piliers obligatoires. Afin de maintenir votre niveau de vie, votre partenaire et vous devriez combler cette lacune avec un patrimoine privé. À cette fin, vous avez besoin d’un avoir de vieillesse supplémentaire de 360 000 francs jusqu’à l’âge de 85 ans. Mais comme l’espérance de vie continue d’augmenter et que l’inflation engloutit une partie de vos avoirs, il serait préférable d’épargner un peu plus.

Isabelle von der Weid, conseillère à la clientèle à la Banque Migros et experte en prévoyance