Finances

Réussir son entrée en bourse

Il n’est pas nécessaire d’être riche pour investir dans des actions. Mais pour partir du bon pied, il y a certains points à observer. Voici quelques informations pour les curieux et les débutants.

De
Sacha Marienberg
Date
Format
Conseil

Combien d’argent me faut-il pour investir en bourse?

Généralement, même de petits montants valent la peine sur la durée. En investissant 50 francs par mois, vous auriez constitué en dix ans, avec un rendement moyen de 8%, un avoir de 9068.59 francs. À titre de comparaison, le placement sur un compte d’épargne, rémunéré à 0,7%, comme c’est actuellement le cas à la Banque Migros, aurait rapporté 6216.06 francs.

Pourquoi acheter des titres?

Les investissements boursiers permettent de dégager à long terme des rendements nettement supérieurs à ceux du compte d’épargne. Le taux d’intérêt des comptes est actuellement compris entre 0,25 et 1%.

Qu’est-ce qu’une action?

Une action est une part d’entreprise sous forme de titre. En émettant des actions, les entreprises lèvent des fonds propres, par exemple pour financer leurs investissements. Si vous investissez dans des actions, vous devenez copropriétaire de la société. Les actions sont négociées sur les bourses et leurs plateformes de négociation publiques. Le prix est déterminé par l’offre et la demande. Si la valeur de marché de l’entreprise augmente, la valeur de vos actions augmente également. Dans le cas contraire, leur valeur diminue.

Qu’est-ce qu’un fonds?

Un fonds d’investissement regroupe les actifs des investisseurs et les place dans des actions de plusieurs entreprises. Ainsi, lorsque les cours de certaines actions chutent, d’autres compensent la perte dans le panier. Les gérants de fonds composent le panier selon des critères spécifiques, par exemple en optant pour des entreprises durables. Les ETF (Exchange Traded Funds) constituent une forme particulière de fonds: ils répliquent souvent des indices boursiers (p. ex. MSCI World).

Et les emprunts?

Il s’agit de titres à échéance fixe avec un taux d’intérêt constant. On les appelle aussi obligations. Les entreprises y recourent pour lever des fonds de tiers. Mais, contrairement aux actions, l’investisseur ne devient pas copropriétaire. Les obligations sont également revendues en bourse. Cela signifie que vous pouvez les vendre avant même que l’entreprise ne les rembourse. Les fonds obligataires regroupent plusieurs emprunts.

Comment l’argent arrive-t-il en bourse?

Il faut pour cela disposer d’un dépôt-titres. À l’ouverture du dépôt, vous pouvez acheter, conserver et vendre des titres (actions, obligations, fonds, ETF). Vous accédez à un dépôt par des banques ou des courtiers, qui servent d’intermédiaires entre les investisseurs et les bourses. Certains prestataires prélèvent des droits de garde.

Combien devraisje investir?

Le montant dont vous pouvez vous passer à long terme. Si vous investissez de manière échelonnée, il est recommandé de conclure un plan d’épargne en fonds auprès de votre banque: comme le montant investi mensuellement reste constant, vous achèterez automatiquement moins de parts de fonds si les cours montent. Et inversement, vous en achèterez plus si les cours baissent.

Dois-je m’occuper de tout moi-même?

Non, vous pouvez confier la gestion de votre patrimoine à des professionnels, par exemple auprès de votre banque. Ensemble, vous fixez un objectif de placement, sélectionnez les classes d’actifs appropriées (actions, obligations, immobilier) et définissez une stratégie. Le ou la gestionnaire de portefeuille se charge du reste. Par exemple, si un titre ou un fonds ne répond pas aux attentes, il sera remplacé par une meil - leure alternative. Les frais de gestion sont compris entre 0,2 et 2% par an.

Comment trouver le bon placement?

Cela dépend de votre propension au risque. Une certaine prudence est recommandée pour les débutants. N’investissez pas seulement dans des actions, mais aussi dans les obligations à revenu fixe afin de réduire le risque de perte. Règle d’or: basez-vous sur votre âge pour la répartition – à 35 ans, investissez 35% dans des obligations et à 60 ans, 60%. Vous pouvez investir le reste en actions.

Pourquoi faut-il diversifier?

Vous minimisez ainsi les risques de perte lors des placements. Vous répartissez votre capital entre divers secteurs, classes d’actifs, régions et entre prises. Cette combinaison de placements est aussi appelée portefeuille.

Le long terme, ça correspond à combien de temps?

Plus la classe d’actifs est risquée, plus l’horizon de placement doit être long. Pour les actions, il devrait être d’environ dix ans. Pour les obligations, il peut être plus court.

Quel rendement puis-je escompter?

Avec un horizon de placement à long terme, vous augmentez vos perspectives de rendement. Si vous aviez investi 1000 francs dans l’indice boursier suisse SMI en 2000, votre patrimoine aurait atteint 2600 francs à fin 2019 – grâce à un rendement moyen de 4,8%. Les performances des années écoulées ne permettent cependant pas de prédire l’avenir. Il ne faudrait donc pas investir seulement dans les actions. Pour les obligations, le rendement moyen est de l’ordre de 2,5%.

Quand dois-je vendre mes actions?

La perspective de gains à court terme ou la crainte d’une chute des cours incitent de nombreux investisseurs à vendre leurs actions. Mais n’agissez pas dans la précipitation. Car en fin de compte, vous pouvez réaliser des revenus plus élevés en conservant vos actions aussi longtemps que possible. Conseil: si vous avez besoin d’argent pour un investissement important dans les prochaines années (pour l’achat d’un appartement, etc.), vous pouvez d’ici là en transférer une partie pour l’investir, par exemple, dans des obligations. Vous réduisez ainsi le risque de devoir vendre les actions à un moment défavorable.