Janine Pfander et Tamara Riesen

Top-Sharing

Ces deux sœurs gèrent ensemble un magasin Migros

Tamara Riesen et Janine Pfander partagent la fonction de gérante du magasin de Burgernziel (BE). Comment en sont-elles arrivées là et quels défis rencontrent-elles?

De
Andrea Bauer
Date
Format
Que faisons-nous?

Diriger un magasin ensemble et réunir ainsi famille et travail, les deux sœurs y pensaient déjà depuis longtemps. «Nous avons souvent discuté ensemble, le dimanche autour d’un café et d’une part de gâteau, de la manière dont nous ferions les choses, nous disant que le mieux serait que nous tombions enceintes en même temps», explique Janine.

Le fait que cela se soit réellement produit peu après et que les deux sœurs aient accouché à seulement six semaines d’intervalle tient presque du miracle. Les deux sœurs l’ont su tout de suite: ce dont elles parlaient depuis longtemps allait peut-être devenir possible. Lorsque Janine a parlé au chef des ventes Andreas Fritschi, il a immédiatement été séduit par cette idée de partage.

Un nouveau départ – de nombreux défis

C’est une nouveauté à Migros Aar. «Nous étions convaincues que c’était un gros avantage de commencer avec ce modèle dans un tout nouveau magasin», raconte Tamara. «Aujourd’hui, nous pensons qu’au contraire, cela aurait été plus facile dans un magasin existant, où les procédures internes auraient été claires et où l’équipe aurait déjà eu ses tâches.» Janine acquiesce. «Nous avons vraiment sous-estimé cet aspect.»

Même si elles travaillent toutes deux chez Migros Aar depuis plus de 20 ans et ont déjà dirigé des magasins, le nouveau départ a été plus complexe qu’elles ne le pensaient. En effet, au début, tout n’a pas vraiment marché comme sur des roulettes: elles se sont débattues avec des vices de construction et, les deux premiers semaines, il a fallu faire preuve de beaucoup d’engagement et de sang-froid, en particulier dans le domaine technique, jusqu’à ce que tous les accès fonctionnent et que les systèmes tournent correctement.

«En même temps, il fallait mettre en route notre nouvelle équipe et toutes les nouvelles procédures – un travail d’Hercule, on peut le dire», résume Tamara (38 ans).

Le commerce dans le sang

Heureusement, et cela réjouit particulièrement les deux sœurs, leur «petit magasin», comme elles appellent affectueusement la Migros de Burgernziel, semble avoir rencontré un écho très favorable. En tout cas, les chiffres d’affaires «dépassent les prévisions, et c’est déjà super!», affirme Tamara joyeusement.

Peut-être cela tient-il aussi un peu à sa nature enjouée et engageante? «Nous aimons vraiment beaucoup notre travail – nous avons le commerce alimentaire dans le sang. Enfants, nous jouions toujours à la marchande!», s’exclame Janine dans un rire.

Leur grand-mère tenait déjà un petit magasin de quartier. La plus grande joie des deux sœurs était de pouvoir s’en occuper lorsqu’elle s’absentait. «Tamara était déjà celle qui changeait tout et donnait les ordres», précise Janine, plus jeune de cinq ans. «Et toi, tu voulais toujours tout contrôler, y compris pour les commandes» rétorque Tamara.

Manifestement, ces traits de caractère n’ont pas trop changé: «Tamara est encore un control freak, mais aussi celle qui réfléchit souvent le plus longtemps à un projet». «C’est vrai», confirme Tamara. «La femme d’action, c’est toi – tout doit de préférence être fait dans l’instant!»

Elles éclatent de rire toutes les deux et on sent le lien étroit qui les unit, de même que leur respect mutuel. Janine de résumer les choses: «En fait, nous avons le même point de vue. Nous ne sommes juste pas toujours du même avis!»

Travailler ensemble quand on est sœurs a ses avantages et ses inconvénients

C’est sans doute cette complémentarité qui fait la force de ce duo. «Même si ça barde de temps en temps», relativise Tamara.

«Et parfois, on se vexe vite, la critique émanant de sa propre sœur touchant davantage que celle des autres. La proximité est alors parfois une gêne. Mais comme nous nous connaissons par cœur, nous trouvons rapidement un terrain d’entente.» Être sœurs et travailler aussi étroitement ensemble, ça a ses avantages et ses inconvénients.

«Nous sommes toujours en train de chercher la meilleure voie pour ce modèle de direction.» Comme elles ne peuvent se référer à aucun exemple, elles doivent faire elles-mêmes toutes les expériences avec leur équipe. «Les choses qui ne marchent pas très bien, nous devons les changer sans attendre et essayer de trouver un autre moyen. C’est comme ça que nous nous améliorons chaque jour.»

Un bon exemple pour d’autres mères

Pour l’instant, elles travaillent en alternance – Tamara le lundi et le mercredi, Janine le mardi et le jeudi, et elles se relaient le vendredi et le samedi. L’essentiel, c’est qu’elles restent toujours en contact – elles doivent toutes deux être au courant de tout, sinon, ça ne peut pas fonctionner. La proximité privée est alors un gros avantage.

Elles sont conscientes de jouer un rôle de pionnières pour d’autres tandems de direction de magasin. «Nous aimerions être de bons exemples pour d’autres mères et mettons donc tout en œuvre pour que ce modèle fonctionne.»

Toutes deux en sont convaincues: deux personnes qui s’apprécient, se comprennent et ont les mêmes vues y parviendraient aussi. Mais à condition de beaucoup communiquer, ouvertement et franchement. Là-dessus, Tamara et Janine sont unanimes.

Vous envisagez de rejoindre le groupe Migros? Voici les avantages qui vous attendent.